Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le pourquoi du redressement judiciaire de Labonal

, ,

Publié le

La PME alsacienne Labonal (Dambach-la-Ville, Bas-Rhin), fabricant de chaussettes pour la grande distribution et en marque propre, a été placée en redressement judiciaire le 21 mars. L’entreprise annonce un carnet de commandes bien garni et une forte hausse de ses ventes en marque propre, mais son déréférencement par Carrefour a trop plombé son exploitation, ce qui a conduit à la procédure en cours.

Le pourquoi du redressement judiciaire de Labonal © Labonal

Le fabricant alsacien de chaussettes Labonal s’est déclaré en cessation de paiement avant d’être mis en redressement judiciaire le 21 mars. La PME de Dambach-la-Ville (Bas-Rhin) n’a pas supporté le déréférencement de ses produits de marque distributeur par Carrefour. Labonal annonce un carnet de commandes bien rempli pour sa marque propre. 30 % des 7 millions d’euros de chiffre d’affaires sont encore réalisés en grande distribution. Une période d’observation de six mois a été prononcée mais la PME (une centaine de salariés) reste sous l’épée de Damoclès : les procédures engagées par son ancienne filiale tunisienne, auprès de qui Labonal a cessé les commandes suite à la perte du marché Carrefour.

Labonal, fabricant de chaussettes qui affiche fièrement "fabriqué en France", installé à Dambach-la-Ville (Bas-Rhin), ne s’est pas relevé de la perte du marché de chaussettes en marque distributeur chez Carrefour. Ce déréférencement a eu pour conséquence l’arrêt des commandes dans la filiale tunisienne de Labonal, et le lancement de procédures judiciaires contre la maison-mère alsacienne. Le 21 mars, l’entreprise se déclarait en cessation de paiement puis mise en redressement judiciaire avec une période d’observation de 6 mois. L’entreprise, qui réalise 7 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 30 % dans la grande distribution, emploie une centaine de salariés. Elle annonce un carnet de commandes bien rempli pour sa marque propre.

La marque propre pas encore assez forte

Selon Dominique Malfait, son P-DG, "une sortie de la procédure par le haut est très possible. Notre marque propre progresse vite. Il nous a manqué un peu de temps pour compenser les pertes dans la grande distribution", estime-t-il. Il est vrai que les ventes dans ce secteur représentaient les deux tiers du chiffre d’affaires, contre un tiers désormais. Mais la production dépassait aussi les 5 millions de paires pour un chiffre d’affaires voisin de 10 millions d’euros en 2008, contre 2,5 millions de paires actuellement.

Reste que si les volumes ont chuté, la rentabilité pourrait être au bout. "Nos six boutiques fonctionnent très bien et les ventes de la marque Labonal progressent fortement", affirme Dominique Malfait, qui espère un réflexe de patriotisme économique en faveur des produits de l’entreprise, situé sur des standards de qualité sans rapport avec les productions low cost. Autre facteur de complexité, la saisonnalité : la période actuelle est la basse saison pour les ventes de chaussettes, ce qui ne favorise pas l’exploitation immédiate.
L’administratrice judiciaire ne se prononce pas encore quant aux possibilités de sortie du redressement judiciaire. Reste que si l’hypothèque relative au dossier tunisien est bien réelle, elle doit être dissociée des dimensions industrielles et commerciales de l’affaire Labonal. La clé du redressement est dans la croissance des ventes de la marque propre de la PME alsacienne.

Didier Bonnet

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus