Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le plan robotique de Montebourg est-il à la mesure de ses ambitions ?

Aurélie Barbaux , ,

Publié le

Promesse faite. Promesse tenue. Arnaud Montebourg a présenté son plan robotique, à l’occasion du salon Innorobo, à Lyon. Toujours dans le consensus, le plan s’articule autour d’un comité de filière et de quelques investissements en R&D. Suffisant pour faire de la France un leader en 2020 ?

Le plan robotique de Montebourg est-il à la mesure de ses ambitions ? © Poolie - Flickr - C.C.

On pouvait s’y attendre en ces temps de vaches maigres. Pas d’investissements massifs pour le plan " France robots initiatives " d’Arnaud Montebourg. Pas non plus d’action emblématique qui marque les esprits. En revanche, une série très complète de mesures, pragmatiques, pour aider les acteurs de la filière émergente à coordonner leurs actions et à les faire fructifier : création d’un "comité robotique, filière de demain" qui a tous les attributs d’un comité stratégique de filière sans en avoir le nom, ni le contrat ; lancement, à partir de 2014, d’états généraux annuels de la robotique, probablement en marge d’Innorobo ; investissement de 15 millions d’euros par la Caisse des dépôts dans le fonds Robolution Capital de Bruno Bonnell (PDG de Robopolis et président de Syrobo) et incitation pour le fonds FSN PME de CDC à regarder d’un bon œil les start-ups du secteur ; utilisation d’une partie des 150 millions d'euros sur les 5 technologies du numérique des Investissements d’avenir (logiciels embarqués notamment) ; lancement de défis de recherche via le futur agenda de recherche, présenté Par Geneviève Fioraso ; création d’une infrastructure de recherche dédiée  et si possible de 5 laboratoires mixtes PME-Public sur les 100 prévus au plan Valorisation du ministère de la recherche. Est également prévu un soutien à achat public via appel à projet de déploiement (filière) et au programme Robot Start PME du Symop, qui vise à robotiser 250 PME.

"Bout à bout, les éléments de ce plan robotique pourraient mobiliser jusqu’à 100 millions d’euros", se félicite Bruno Bonnell. Pour lui, "c’est suffisant pour faire émerger la filière" et surtout "ce plan marque une vraie volonté politique". Certes, l’ambition affichée est forte : faire de la France un leader de la robotique de service d’ici à 2020. Et les priorités du plan assez claires : conforter et approfondir notre avance en matière de R&D ; soutenir l’émergence de nouveaux marchés ; favoriser les collaborations ; soutenir le développement des entreprises de la robotique. Mais fait-il le poids face aux plans robotiques de la Corée, de Taïwan ou des États-Unis, pour lesquels le discours de 2010 de Barack Obama en faveur de la robotique a marqué tous les esprits ?

Rien que le nom, France Robots Initiatives : il ne fixe ni l’échéance (cela aurait pu être France Robots 2020), ni l’ambition de leadership de la France. "Ce plan est important parce qu’il affirme une volonté gouvernementale d’y aller […]. C’est ce concept de haut-parleur, d’amplificateur de message qui est fédérateur. À nous, acteurs de la filière, de continuer de convaincre" reconnaît Bruno Bonnell. À eux, en effet, de se saisir de ce plan pour convaincre les grandes entreprises de les rejoindre, et les chercheurs de mieux valoriser leurs travaux… À eux aussi d’accepter de faire des choix. Car en matière de robotique de service, la France a des atouts à jouer dans trois domaines : sécurité défense, transport logistique et robot d’assistance. Or qui dit choisir, dit aussi renoncer. Et ça, pas sûr que le plan incite à le faire.

Aurélie Barbaux

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

21/03/2013 - 13h55 -

Si Nao marche bien, c'est qu'il a été designé ! Si ceux qui ventilent l'argent n'ont pas compris cela l'argent sera jeté par les fenêtres en projets non-opérationnels. NB: Nao a été designé par 3 étudiants d'une école supérieure de design privée: Créapole.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus