Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Le plan à cinq ans d’Air Liquide pour sa transformation digitale

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Désormais numéro un mondial des gaz, Air Liquide a dévoilé le 6 juillet un nouveau plan stratégique à l’horizon 2020. Au programme : des objectifs et investissements prudents, des économies de coût, mais aussi l’accent sur le numérique…

Le plan à cinq ans d’Air Liquide pour sa transformation digitale © Air Liquide

En début d’année, révélait L’Usine Digitale, il avait fait un premier pas en nommant son "Monsieur Numérique" : Olivier Delabroy, son ancien vice-président en charge de la R&D. Ce mercredi 6 juillet, le spécialiste français des gaz Air Liquide a dévoilé la suite : "Neos", un nouveau plan stratégique à l’horizon 2020. Dans lequel la transformation numérique tient une grande part.

Car le groupe sait qu’il doit se réinventer s’il veut tenir les objectifs, jugés prudents par la Bourse, qu’il s’est fixés : une croissance annuelle moyenne de son chiffre d'affaires de 6 à 8%, dans un contexte de ralentissement de la croissance des pays matures. Air Liquide peut d’ores et déjà compter sur l’acquisition de l’américain Airgas, bouclée cette année pour 12,5 milliards d’euros (une augmentation de capital de 3 à 3,5 milliards d’euros est toujours prévue à cet effet pour l’automne). Elle lui a déjà offert la place de numéro un mondial des gaz industriels et médicaux, devant le concurrent allemand Linde, en faisant gonfler ses ventes (qui atteignaient 16,4 milliards d'euros l’an dernier, en hausse de 6,7%) de 30%.

Le rachat d’un expert du e-commerce et de la désintermédiation

En s’offrant ce spécialiste des bouteilles de gaz, Air Liquide s’est aussi emparé d’une expertise dans le e-commerce (Airgas réalise déjà 10% de ses ventes sur Internet) et dans la distribution en magasins. Un premier pas vers la désintermédiation... Car pour continuer à croître plus vite que son marché, Air Liquide mise sur l’amélioration de l’expérience client et veut centrer son offre sur l’utilisateur final.

Le numérique, espère son PDG Benoit Potier, devrait aussi l’aider à améliorer son excellence opérationnelle et sa gestion d’actifs – alors qu’il doit gérer au quotidien de multiples bouteilles de gaz, camions, sites de production… Comme le projet Connect, labellisé en février "vitrine technologique" par l’Alliance pour l’Industrie du futur. Tandis qu’en interne, une nouvelle façon de travailler est promue avec la mise en place de réseaux sociaux et d’un "digital workplace".

Avec I-Lab, passer des idées aux solutions

Pour se renforcer dans le numérique, le groupe a déjà entamé des recrutements, confie Benoit Potier à L’Usine Nouvelle. Et mise aussi sur sa structure d’innovation I-Lab de trente personnes (au budget non dévoilé), mi think-tank mi fab-lab, dont certaines des idées sont en train d’être transformées en solutions, selon le PDG.

En dehors du numérique, Air Liquide joue la carte de la prudence pour se projeter. Les réductions de coûts se poursuivront au rythme de plus de 300 millions d'euros en moyenne par an, tandis que l'acquisition d'Airgas devrait lui permettre au total de dégager des synergies de plus de 300 millions de dollars (environ 272 millions d'euros, lire l'encadré). De petites acquisitions seront toujours au programme, essentiellement dans la santé –un secteur stratégique pour le groupe français- et l'industriel marchand. Mais les dépenses d'investissement (Capex) seront comprises entre 10 et 12% des ventes, c’est-à-dire moins que dans le plan précédent, Alma. De nombreux investissements ayant déjà été décidés mais n’ayant pas encore produit leurs effets à cause de retard pris par les projets de ses clients.

Gaëlle Fleitour

Pas de plan mondial de réduction d’effectif
"Efficacité ne signifie pas nécessairement réduction d’effectifs, mais une meilleure façon de travailler." Benoît Potier, le PDG d’Air Liquide, s’est voulu rassurant en présentant son nouveau plan stratégique. Le numérique devrait participer aux économies attendues. Quant aux doublons aux Etats-Unis (plusieurs sites de production, deux sièges) générés par l’acquisition d’Airgas, ils sont en cours d’être réglés. Mais le groupe refuse d’en dire plus sur la réorganisation exacte et l’impact sur les effectifs.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

10/07/2016 - 19h37 -

AIR liquide toujours à la pointe de l innovation avec les meilleurs éléments Bravo
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus