Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

COP21

"Le numérique prend tout son sens quand il travaille avec l'économie verte", affirme Pierre Nougué, président du Cleantech Open France

Manuel Moragues

Publié le

Pierre Nougué est avec Olivier Duverdier cofondateur d'Ecosys, opérateur d'écosystèmes d'innovation et de croissance. Ils ont fondé en 2010 Cleantech Open France, réseau d'accélération de start-up dans les technologies vertes qui regroupe une cinquantaine de partenaires institutionnels et quelque 600 start-up dans son écosystème. Les huit lauréats primés en septembre de la 6e édition du concours français du Cleantech Open font partie des "coqs verts" de la French Tech qui seront présentés ce vendredi 4 décembre au soir à l'inauguration de Solutions COP21, au Grand Palais. Pierre Nougué souligne pour L'Usine Nouvelle la fécondité du mariage digital-green.  

L'Usine Nouvelle : Que sont ces coqs verts que vous allez présenter ce soir, à l'inauguration de Solutions COP21, au Grand Palais ?

Pierre Nougué : C'est un événement très important pour nous, à l'initiative des équipes d'Axelle Lemaire [secrétaire d'Etat chargéé du numérique, ndlr] et de la French Tech [l'initiative du gouvernement pour soutenir les start-up], qui sont venus nous voir pour lancer le programme des "coqs verts".

Vendredi dernier, à Bercy, en présence d'Axelle Lemaire et du ministre de l'Economie Emmanuel Macron, les huit lauréats de septembre du Cleantech Open France et 13 autres start-ups sélectionnées par le public sur un panel de 150 ont été désignés ambassadeurs de la French Tech à la COP21. Ce sont ces 21 coqs verts - qui montrent que la French Tech, ce n'est pas seulement du numérique - qui sont présentés ce soir.

 

En quoi le numérique peut-il aller de pair avec la préservation des ressources et de l'environnement ?

Le numérique prend tout son sens quand il travaille avec l'économie verte. Cette dernière lui apporte la frugalité, l'intelligence d'éviter le gâchis, le gaspillage, que ce soit des ressources humaines ou de la nature. L'économie verte, c'est aussi la performance. Le numérique permet de simuler des évolutions, de modéliser les interactions entre l'air, la ville, les bâtiments, etc. Mais pour ne pas avoir des modèles qui tournent à vide, il faut les nourrir de données vertes. On peut alors utiliser le numérique pour bâtir un monde plus durable.

 

Le potentiel des start-up des cleantechs est-il bien compris autour de la COP21 ?

Il y a une nette accélération en France depuis un an et particulièrement le coup d'éclat de la French Tech au CES de Las Vegas de janvier 2015, où les start-up françaises ont brillé. Grands groupes et ETI, qui craignent de se faire disrupter, prennent désormais au sérieux les start-up et commencent à travailler avec. De même, les réseaux autour de l'ONU font appel aux start-up. Des financements d'organismes internationaux cherchent des opérateurs innovants capables d'aider les pays émergents à ne pas faire les mêmes erreurs que les pays développés et à passer directement aux technologies vertes pour traiter les problématique de pollution urbaine, d'énergie décarbonée, etc.

Propos recueillis par Manuel Moragues

 

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus