Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

"Le nucléaire n’est pas une solution au changement climatique, c'est une impasse", affirme Charlotte Mijeon

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Entretien Charlotte Mijeon, porte-parole de Sortir du Nucléaire, dénonce la tenue du World Nuclear Exhibition (WNE) au Bourget du 14 au 16 octobre 2014 comme une provocation. Sur le modèle du Bourget de l’aéronautique, ce salon doit vanter la filière française de l’atome. La militante juge que cet évènement témoigne des graves problèmes de ce secteur d’activité.

Le nucléaire n’est pas une solution au changement climatique, c'est une impasse, affirme Charlotte Mijeon © www.sortirdunucleaire.org - Trombinoscope

L’Usine Nouvelle - Que pensez-vous de la tenue prochaine du premier Bourget du nucléaire ?

Charlotte Mijeon - Tout d’abord, c’est une provocation d’organiser cette conférence sur le lieu où se tiendra la Conférence Paris Climat 2015, un an plus tard. Selon nous, c’est un mauvais signal qui prouve la confusion entretenue entre le nucléaire, qui est une énergie dangereuse, et les vraies solutions pour lutter contre le changement climatique.

Nous le rappelons : le nucléaire n’est pas une solution au changement climatique, c'est une impasse qui empêche le développement des vraies solutions !

Le WNE est surtout un salon d’affaires…

Oui, c’est la tentative d’une filière bien mal en point  pour sauver les apparences. Quels sont les savoir-faire que la France peut exporter ? Les réacteurs du parc d’EDF sont de licence américaine et l’EPR se construit mal. En ce qui concerne le réacteur Atmea, il n’y a qu’un projet en Turquie et rien ne permet de prétendre que ce réacteur sera plus "performant".

La France espère vendre des technologies qu’elle ne maîtrise pas, comme le stockage des déchets, le démantèlement, la prolongation des réacteurs. Quant au combustible nucléaire, la filière française peut prétendre exporter son Mox et ses technologies, mais c’est jouer au pompier pyromane. Rappelons que le réacteur 3 de Fukushima contenait du Mox vendu par Areva.

Que pensez-vous des mesures prises sur le nucléaire dans la loi de transition énergétique ?

Nous sommes extrêmement critiques sur cette loi. Il y manque un mécanisme pour permettre la fermeture des réacteurs. Cela reste au bon vouloir d’EDF et l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) n'a pas encore le poids suffisant pour s'imposer. Par exemple, si EDF mène ses projets de prolongation de la durée de vie des réacteurs sans attendre l’avis de l’ASN, c’est que l’entreprise juge que cette autorité n’est pas un acteur de poids important.

Par ailleurs, cette loi fournit un cadre trop flou, permettant une réduction de la part du nucléaire par simple gonflement de la part des autres énergies. En l'absence de mesures obligeant à la fermeture de réacteurs, à commencer par les plus anciens, dont la moitié a déjà dépassé 30 années de fonctionnement, rien ne permet d'atteindre une réduction effective de la part du nucléaire et encore moins une sortie du nucléaire.

Manuel Valls et Ségolène Royal ont réaffirmé à plusieurs reprises que le nucléaire a sa place en France. Comment le comprenez-vous ?

C’est un signe clair ! Le gouvernement a arrêté de faire semblant de s’occuper de la question nucléaire. Au début du quinquennat de François Hollande, nous avions de vagues espoirs mais ce n'est plus le cas depuis longtemps.

Propos recueillis par Ludovic Dupin

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

15/10/2014 - 17h59 -

Cette fille ne sait même pas de quoi elle parle. Il faut arrêter de parler quand on ne connaît rien sur le sujet. C'est un salon industriel, c'est bien d'avoir encore quelques industries en France..au moins on fait travailler les gens. L'écologie extrémiste et ignorante ne va pas résoudre le problème du chômage.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/10/2014 - 12h27 -

" les vraies solutions pour lutter contre le changement climatique". Il n'y a plus de RC depuis 18 ans, alors lutter contre un RC hypothétique prévu par des modèles numériques réfutés par les observations, cela n'a aucun sens. Et quelles seraient ces "vraies solutions" à un problème qui n'existe pas? Des EnR onéreuses, intermittentes, au facteur de charge ridiculement faible (23% pour l'éolien et 15% pour le solaire)? Voir: " les vraies solutions pour lutter contre le changement climatique".
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus