Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Le normand Saint James labellisé "patrimoine vivant"

, , ,

Publié le

Made in France

Le normand Saint James labellisé patrimoine vivant
Le chandail légendaire est toujours tricoté en pure laine vierge.

Elle vient de décrocher le label d’État Entreprise du patrimoine vivant pour son savoir-faire d’excellence, son implantation ancienne et sa notoriété. Comme son nom l’indique, c’est à Saint-James (Manche), dans la baie du mont Saint-Michel, que l’entreprise Saint James fabrique, depuis 1889, son chandail marin tricoté en pure laine vierge. L’entreprise, qui compte 300 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros, maîtrise deux techniques spécifiques.

Le remaillage consiste à ajuster maille par maille le col au reste du pull. Le raccoutrage permet de rattraper manuellement une maille coulée en cas de défaut constaté sur un pull. Ex-directeur général adjoint d’Isigny Sainte-Mère, Luc Lesénécal n’est pas seulement un spécialiste du beurre et de la crème de Normandie. Le président de Saint James connaît aussi très bien l’univers du textile, car il est associé d’une franchise Sergent Major à Lyon. S’il est un fer de lance de la maille française, Saint James fabrique également des pulls et des marinières en coton, son deuxième métier. Il propose aussi des vêtements qu’il ne fabrique pas, comme les pantalons et chemises en chaîne et trame.

Ces vêtements, qui représentent 30% des ventes, "sont dessinés à Saint James et réalisés par des spécialistes en France et dans le bassin méditerranéen", explique Luc Lesénécal. Diffusé dans 30 boutiques exclusives dans l’Hexagone et par plusieurs détaillants multimarques, Saint James est aussi présent à l’export, où il réalise 35% de son chiffre d’affaires. À Tokyo, New York, Séoul, partout, il s’appuie sur la notoriété de son pull marin, qui fait tellement corps avec l’univers maritime qu’on l’appelle "la seconde peau du marin". 

C.G.

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus