Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Le Medef emmène 40 entreprises françaises à la COP22

, , ,

Publié le

Le Medef accompagne une délégation d’une quarantaine d’entreprises françaises à la COP22 " dont des startups et des TPE" , assure Pierre Gattaz. Le président du Medef est également venu faire la promotion des initiatives Terrawatt d’Engie, Africa Grids de Nexans et Energies pour l’Afrique de Jean-Louis Borloo.

Le Medef emmène 40 entreprises françaises à la COP22
Pierre Gattaz, president du medef
© Guittet Pascal Guittet Pascal

Une délégation d’une quarantaine de chefs d’entreprises dont les patrons d’Engie, Veolia et Vinci, accompagne actuellement Pierre Gattaz, le patron du Medef à Marrakech pour participer à la Cop22.

"On fait des Sides Events, hier, "les solutions urbaines pour les élus d’Afrique" et on avait 80 municipalités représentées dont 40 marocaines devant lesquelles les entreprises françaises ont présenté leurs solutions. Quand vous avez le maire de Ouagadougou qui dit "ça m’intéresse", c’est une opportunité qui s’ouvre pour ces entreprises", affirme Pierre Gattaz.

La COP22 s’était pourtant ouverte la semaine dernière, le 7 novembre, sur les regrets de certaines PME françaises face au manque d’accompagnement des pouvoirs publics et des organisations patronales.

Aucun pavillon France n’était par exemple installé dans la Zone Verte "un an à peine après que la France ait accueilli la COP21", s’indignait mercredi dernier Francis Beunot, conseiller pour le développement international de CCI International Aquitaine et représentant à la COP22 du groupement régional UrbAquitaine.

Pierre Gattaz, lui, préfère botter en touche : "Il faut interroger les startups que nous accompagnons qui sont dithyrambiques sur la prestation du Medef International et du Medef. Medef International accompagne déjà depuis une dizaine d’années des entreprises françaises à l’international - souvent des grands groupes, mais maintenant l’association du Medef et du Medef international permet d’accompagner des entreprises de toutes tailles. Dans la délégation actuelle, nous comptons 10 TPE et 10 startups sur 40 entreprises", détaille-t-il.

Au-delà de la promotion des entreprises françaises, le Medef est aussi venu plaider pour des initiatives plus larges. Mardi 15 novembre, "nous avons mis à l’honneur l’initiative Terrawatt, autour de Solar@Cop22", indique le patron des patrons français.

Portée par Engie depuis la Cop21, l'initiative "Terrawatt" cherche à établir les conditions réglementaires nécessaires au déploiement massif d’une production d’énergie solaire compétitive, dans le cadre de l’Alliance Solaire Internationale lancée par le Premier ministre indien Narendra Modi.

"Il faut une convergence fiscale, mais aussi règlementaire : pour que l’on n’ait pas 52 pays d’Afrique qui imposent 52 normes différentes parce que là on freinerait considérablement l’arrivée des entreprises innovantes dans le secteur de l’économie verte", a  insisté Pierre Gattaz.

Mercredi 16 novembre, "nous avons fait la promotion du projet de Jean Louis Borloo "Énergies pour l’Afrique" à travers Africa Grids, l’association que nous avons mis en place au niveau du Medef avec Frédéric Vincent de Nexans. Jean Louis Borloo a mis un coup d’éclairage sur les besoins d’électrification en Afrique, il y a 2 ou 3 ans, et nous avons estimé qu’il fallait s’organiser industriellement. Nous avons mis en place un système autour de Frédéric Vincent de Nexans de coordonner tous les acteurs français autour de ce projet pour être à embrayer très vite", explique encore Pierre Gattaz.

Le président du Medef n’a toutefois pas mentionné l’Initiative africaine sur les énergies renouvelables dont Ségolène Royal, la ministre de l’Environnement a pris la tête, de fait, depuis un an. Celle-ci est pourtant très comparable à celle de Jean Louis Borloo.

"Si elles sont proches, j’en suis fort aise parce qu’en France on est souvent en opposition les uns contre les autres. S’ils se rejoignent, tant mieux, cela veut dire que l’on a encore plus de chance de les faire aboutir", conclut-il.

Julie Chaudier à Marrakech

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus