Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Le Maroc annonce des mesures fiscales pour l'industrie et 690 millions d'euros d'investissements industriels

, , , ,

Publié le

Le ministre de l'Industrie a présenté lundi 4 juillet devant le roi puis la presse des mesures fiscales en faveur de l'industrie, notamment un impôt à 0% pendant cinq ans pour les nouveaux investisseurs ainsi que des stratégies nationales 2020 pour le commerce et le numérique. Autre gros morceau : l'annonce cumulée de 30 projets d'investissement totalisant 690 millions d'euros pour la plupart connu mais avec néanmons en vue de nouvelles implantations, notamment de Linemar, Simoldes ou Decathlon.

Le Maroc annonce des mesures fiscales pour l'industrie et 690 millions d'euros d'investissements industriels
Hafid Elalamy, ministre marocain de l'Industrie
© wto.org

"Avant dans notre pays, le roi se déplaçait lui-même pour l’ouverture d’une usine de 80 personnes, aujourd’hui, j’inaugure seul les usines Sumitomo tellement c’est devenu banal", a lancé à Casablanca Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie et du Commerce, devant la presse en soirée de ce lundi 5 juillet. Plus tôt en fin d'après-midi, avant le ftour, la rupture quotidienne du jeûne en ce mois de Ramadan, il avait signé avec certains de ses collègues ministres, devant Mohammed VI, 30 contrats avec des entreprises industrielles cumulant à terme 7,5 milliards de dirhams (690 millions d'euros) d’investissements pour l'essentiel dans les secteur automobile et aéronautique.

Des annonces plutôt bienvenues alors que se profilent les élections législatives le 7 octobre, dans un contexte de croissance réduite, à moins de 1,5% de progression attendue du PIB en 2016.

Certains des projets dévoilés lundi étaient, en fait, déjà connus comme la création d'une usine de l'américain TE Connectivity à Tanger. ou la future usine Stelia Aerospace de Casablanca, D'autres font figure de véritables annonces. Parmi ceux-ci, les projets du canadien Linamar ou du mouliste portugais Simoldes qui s’implantent au Maroc pour la première fois.

Linamar qui conduit le projet le plus important dans cette série d'annonces va investir 2,92 milliards de dirhams (1 000 dirhams = 92 euros) dans une usine de production de composants moteurs, avec à terme 1 000 emplois à la clé, pour servir la future usine de PSA à Kénitra. Celle-ci annoncée en juillet 2015 doit ouvrir en 2019 avec une capacité 90 000 voitures qui sera portée ensuite à 200 000 et venir ainsi s'ajouter aux deux usines Renault de Casablanca et Tanger qui totalisent 450 000 véhicules de capacité.

Un statut d’exportateur indirect

Simoldes investira de son côté 650 millions de dirhams dans une usine de fabrication de moules et de composants intérieurs et extérieurs de véhicules.

Le groupe Delphi pour sa part qui compte déjà trois sites au Maroc en activité a confirmé une usine supplémentaire à Meknès et promet d'implanter un centre de développement R&D au Maroc. Au total, le groupe américain a confirmé dans un communiqué vouloir ajouter pas moins de 10 000 emplois à son effectif actuel de 12 000 salariés d'ici à 2021.

Autre annonce, le groupe Decathlon s’est engagé à améliorer son sourcing local pour atteindre deux milliards de dirhams en 2020 et a confirmé l'implantation d'une plate-forme logistique. Parmi les 30 projets d'investissement, on relèvera aussi les noms de Treves, Relats, Faurecia ou Mecaplast.

A l’occasion de cette grande présentation réalisée au palais royal de Casablanca devant une bonne partie du gouvernement, son chef Abdelilah Benkirane en tête, le ministre de l'Industrie a révélé cinq nouvelles mesures en faveur du développement industriel.

Point clé, l’impôt sur les sociétés sera ramené à 0% pendant cinq ans pour toutes les nouvelles entreprises industrielles. Par ailleurs, une zone franche sera créée dans chaque région. Les avantages des zones franches seront offerts aux grandes entreprises exportatrices sans qu’elles soient obligées de s’y installer.

Le ministre de l'industrie a aussi annoncé la création du statut d’exportateur indirect pour tous les industriels sous-traitants dont la production est vendue en totalité à un exportateur. Il a enfin annoncé un appui soutenu en matière de développement industriel aux régions les moins favorisées.

Nouvelle version de la Charte des investissements

Moulay Hafid Elalamy a, par ailleurs, annoncé la publication prochaine de la nouvelle version de la Charte des investissements du Maroc (en germe depuis longtemps).

Autre projet : le lancement de deux sites internet à destination des investisseurs : le premier pour identifier les zones industrielles idoines selon les types de projets et le second pour faire connaître les avantages offerts par le Maroc selon les critères de chaque investisseur.

S’il n’est pas maintenu à son portefeuille dans le futur gouvernement après les législatives, Moulay Hafid Elalamy laissera à son successeur le soin de mettre en œuvre la future stratégie nationale pour le commerce dite "Maroc Commerce 2020".

Cette stratégie "sera lancée à la rentrée sur le même principe d’écosystèmes que dans l’industrie, indique le ministre. Nous prévoyons de travailler à la réduction des intermédiaires n'apportant pas de valeur ajoutée réelle."

Dans le même esprit, la stratégie Maroc Digital 2020, attendue depuis plusieurs années sera mise en œuvre par une nouvelle Agence de développement du digital. Héritière de l’ "e-gov", elle aura en particulier pour mission de dématérialiser 50% des démarches administratives.

Enfin, un contrat de performance a été signé avec le géant public des phosphates OCP pour la mise en place d’un écosystème sur chacun des sites industriels du groupe dans les filières équipement, mines et chimie ; opération de maintenance industrielle et services ; construction industrielle multidisciplinaire ; et chimie et chimie fine.

"L’objectif est d’augmenter de 15 points l’intégration industrielle de l’OCP", indique de son côté Mamoun Bouhdoud, ministre délégué auprès du ministre de l’Industrie.
Julie Chaudier, à Casablanca

Fusion des agences de promotion
Le ministre de l'industrie Moulay Hafid Elalamy a par ailleurs confirmé le 4 juillet la fusion au sein d'une seule entité, dénommée Maroc Invest, de l’Agence Marocaine de développement des Investissements (AMDI), de Maroc Export (CMPE) et de l’Office des Foires (OFEC). La dispersion des moyens entre ces organiismes avait été soulignée à plusieurs reprises au Maroc notamment dans un rapport du Conseil économique, social et environnemental  "On ne peut pas lâcher l’AMDI ou Maroc Export sans feuille de route pour les accuser ensuite que dilapider l’argent public dans d’inutiles salons", a souligné le ministre.

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus