"Le management doit trouver de nouvelles façons de faire travailler les gens ensemble"

Par  - Publié le
Cadres
© D.R.

Suite de notre exploration des pistes pour sortir du malaise qui semble prévaloir aujourd’hui dans le management. Après Isaac Getz hier, place au sociologue François Dupuy, auteur d’un essai remarqué Lost In management (Editions du Seuil).

Pour ce disciple du libéral Michel Crozier, la bureaucratie gagne du terrain dans les entreprises alors que la coopération pourrait réduire les coûts. Son ouvrage qui s’appuie sur son expérience de "sociologue d’entreprise" montre les moyens à mettre en œuvre pour un meilleur fonctionnement des organisations. Parmi ces exemples : la Poste et ses facteurs, qui s’auto-organisent.

L'Usine Nouvelle - Votre ouvrage dresse un constat terrible sur l'inefficacité du management. Quelles en sont les causes ?
François Dupuy - Nous sommes arrivés à un point où le management doit trouver de nouvelles façons de faire travailler les gens ensemble : il faut leur redonner confiance. Car nous évoluons dans des systèmes ouverts, où la coercition ne peut pas fonctionner. Et la surproduction de règles, qui résulte de l'héritage taylorien adopté par l'esprit cartésien français,  a in fine un effet inverse à celui recherché : l'accumulation de procédures finit par favoriser la passivité des uns et des autres. Aujourd'hui, les entreprises ont créé de véritables bureaucraties qui coûtent très cher et ne produisent qu'une très faible valeur ajoutée.

Que faire alors ?
Pour qu'une entreprise fonctionne bien, il faut faire confiance à la bonne volonté des salariés. Parmi les pistes que je propose, j'insiste sur tout ce qui favorise la coopération, car il est établi qu'elle diminue les coûts et augmente la qualité. Le travail des managers devrait être de créer des communautés d'intérêt plutôt que de produire des règles et des procédures.

A ce sujet, l'entreprise est actuellement le lieu d'un merveilleux paradoxe : d'un côté on fait appel à la coopération et de l'autre on met en place des systèmes d'évaluation, voire de rémunération de plus en plus individualisés. Comment voulez-vous que les individus trouvent un intérêt à travailler ensemble ?

Dans votre ouvrage, vous mettez en avant l'auto-organisation des facteurs à la Poste, pour montrer qu'un management moins présent peut être plus efficace. Quel est le secret des facteurs ?
C'est un des systèmes que j'ai décortiqué dans mon livre. Il est intéressant car il n'a été décidé, créé par personne. Il s'est mis en place progressivement et il fonctionne plutôt bien. Les facteurs organisent leurs tournées comme ils veulent. En échange, ils sont libres en dehors de leurs journées de travail. Bien entendu, ce système de confiance mutuelle doit être adapté en fonction des évolutions des tournées à couvrir par les facteurs. Mais cette adaptation se fait par la concertation et surtout sans détruire l'accord implicite qui existe entre les facteurs et leur direction.

Propos recueillis par Christophe Bys

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

1 réaction

Chris | 09/06/2012 - 11H35

Dans le même esprit l'Enseigne La Poste adopte Azendoo pour outiller la conduite d'un projet, faciliter l'auto-organisation aussi bien personnelle que collective, partager les taches a faire, ou partager des documents - Collaboratif-Info http://t.co/OZFr8IAJ

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous