Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le lapin de Violet obéit à la voix de son maître

,

Publié le

Le lapin de Violet obéit à la voix de son maître

Grâce à une levée de fonds auprès de Banexi Ventures Partners en juin dernier, Violet a obtenu le coup de pouce nécessaire à la poursuite de son développement. Le 18 novembre prochain, l'entreprise doit lancer une nouvelle version du lapin, Nabaztag/Tag. Doté d'un nombril qui lui sert à entendre (évidemment !) il répondra aux instructions de son maître. Avec ce deuxième modèle, Violet compte atteindre les 150000 exemplaires vendus d'ici à la fin 2006 et s'ouvrir à l'international, en commençant par les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

C'est la baisse du coût des composants électroniques, fin 2001, qui a tout déclenché. Persuadés que l'heure était enfin venue de rendre les objets usuels communicants, deux entrepreneurs chevronnés décident de pousser la porte des industriels pour leur proposer d'inclure des modules de communication sans fil dans leurs produits. Durant l'été 2003, Olivier Mével, fondateur de l'agence web Babel et Rafi Haldjian, créateur du premier opérateur internet français FranceNet, donnent naissance à Violet.

Pour démarcher les industriels, ils conçoivent un premier produit, la lampe DAL. Connectée à internet, elle réagit à l'envoi de SMS. Commercialisée 800 euros dans un grand magasin parisien, la lampe ne se vend pas. Trop chère. En revanche, elle apprend à ses créateurs que l'intelligence du système ne doit pas être embarquée dans l'objet, pour ne pas le figer, mais sur un serveur distant. Les industriels français, eux aussi, restent insensibles. Trop tôt. Au lieu de jeter l'éponge, les deux fondateurs décident de créer le marché et de développer leur propre objet, ludique et grand public.

Le problème des oreilles

Avec l'aide d'un chercheur de France Télécom R&D pour la partie électronique, de Christophe Rebours de l'agence InProcess pour le design et de Sylvain Huet (cofondateur de Cryo Networks, filiale disparue de l'éditeur de jeux Cryo) pour le logiciel embarqué, Violet se lance dans le développement d'un lapin communicant, Natbaztag (lapin en arménien). Doté d'une liaison wi-fi pour le relier à internet et programmable à partir d'un site Web, le lapin s'illumine, lit des messages vocaux, sert de réveil, va chercher des informations sur le web et sait même bouger les oreilles en même temps qu'un autre lapin... Mais au lieu des six mois de développement prévus, il faudra un an et demi pour sortir le produit. «C'est le moteur qui actionne les oreilles qui a posé problème», raconte Rafi Haladjian.

Un premier lot de 4800 lapins, assemblés en France, est commercialisé début juillet 2005 dans quelques magasins parisiens branchés. Le succès est tel que tout est vendu en quelques jours ! Mais pour relancer la fabrication, Violet découvre les problèmes d'approvisionnement de composants (vingt-quatre semaines de délais pour le module son). Du coup, impossible de réapprovisionner pour Noël 2005. Ce qui n'empêche pas le succès médiatique. Depuis, 40000 exemplaires de Nabaztag ont été vendus et 28 % des utilisateurs se sont abonnés aux services complémentaires en ligne proposés avec des partenaires.

Aurélie Barbaux


L'innovation
> Objet ludique communicant, le lapin Nabaztag est relié en permanence à internet par une liaison wi-fi.
> Piloté depuis un serveur web, il peut générer des alertes sonores ou lumineuses, transmettre des messages vocaux et réagir à des actions initiées sur un autre lapin, via ses oreilles motorisées.
> L'intelligence est donc déportée sur le réseau, ce qui permet d'ajouter sans cesse de nouvelles fonctionnalités.
> Une nouvelle version, Nabaztag/Tag, munie d'un micro pour un pilotage à la voix, sortira mi novembre.

L'entreprise
Siège Paris XIe
Création Août 2003
Dirigeant Rafi Haladjian
Statut SA à directoire
Capital 776 429 euros
Actionnaires Rafi Haladjian et Olivier Mevel (72 %) et Banexi Ventures Partners (28 %)
Effectif 16 personnes (20 embauches prévues)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus