L'Usine des PME-ETI

Le landais Delpeyrat adopte le caviar du Périgord

Par  - Publié le | L'Usine Nouvelle n° 3310
Caviar Delpeyrat
  Cet article est réservé aux abonnés de l’Usine Nouvelle

À l'approche des fêtes de fin d'année, Delpeyrat, fidèle à son positionnement sur la gastronomie du Sud-Ouest, se lance dans la fabrication de caviar. Un choix qui remonte à plus d'un an. Thierry Blandinières, le PDG du leader français du foie gras, cherchait à diversifier sa marque vers d'autres produits haut de gamme. "Nous avions une forte demande de nos clients internationaux pour le caviar", explique Dominique Duprat, le directeur marketing.

Mais le groupe landais, filiale de la coopérative Maïsadour, souhaite donner à son produit un véritable ancrage local. "Nous ne voulions pas importer du caviar. Cela n'aurait eu aucun sens", insiste Dominique Duprat. Delpeyrat s'est donc rapproché d'un pisciculteur périgordin, Laurent Deverlanges. Sur 18 ha, de nouveaux bassins sont mis en place avec une unité d'abattage, de découpe et de transformation à Neuvic-sur-L'Isle (Dordogne). Près de 4 millions d'euros sont investis dans l'opération.

Et Delpeyrat entre au capital de la jeune société Huso, à hauteur de 10%. Pour rester fidèle à la gastronomie du Sud-Ouest, les nouveaux partenaires choisissent d'élever l'esturgeon d'Aquitaine, le baeri (acipenser baeri), plutôt que d'importer des espèces plus connues. À leur produit, ils ajoutent une pointe de beluga.

Cette année, Huso devrait produire quelques centaines de kilos de caviar, commercialisés essentiellement par Delpeyrat. La marque préfère se lancer peu à peu sur ce marché. Ses boîtes de 25 grammes vendues 40 euros seront d'abord proposées chez Cora, avant un lancement plus large en 2013, qui nécessitera d'augmenter les capacités de production. En attendant, Delpeyrat travaille à la création d'une indication géographique protégée (IGP) caviar du Sud-Ouest.

Imprimer
Afficher tous les magazines par année

La fiche DELPEYRAT LEYMARIEE à SAINT-PIERRE-DU-MONT avec Industrie Explorer

lieu

TOUT SAVOIR SUR...
Ses investissements, ses actualités, ses dirigeants, sa production...

Voir la fiche

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

3 réactions

Maurice | 06/12/2012 - 22H44

Et vous-même... Vous rempotez pour Labeyrie??
Et de quel "expert" es caviar périgourdin parlez-vous donc??
Je trouve qu'une démarche 100% sud ouest est une idée alléchante? Et vous?

Signaler un abus |  CITER

marredesraleurs | 06/12/2012 - 22H39

Bravo pour cette initiative !
J'ai pu gouter à ce caviar qui est par ailleurs excellent.
Vendre plus cher en GMS et développer des produits de qualité locaux avec une indication d'origine me parait une excellente idée, n'en déplaise aux râleurs et à leur cortège de pseudo "expert" !!

Signaler un abus |  CITER

claire | 06/12/2012 - 07H46

Les difficultés se précisent…

1. 40 euros les 25 grammes = 80 euros les 50 grammes…

Alors que son concurrent naturel (Labeyrie) propose un caviar équivalent à 1 euro du gramme.

Cora appréciera-t-il une démarche la privant d’un produit d’appel ?

A ce propos, observons qu’Auchan propose une verrine de baeri français à 60 euros les 50 grammes mais aussi un osciètre au même prix…sous la marque Don Petroff (Petrossian) !

2. "Delpeyrat travaille à la création d’une indication géographique protégée".

Diantre! Personne n’y est favorable.

Ni chez les producteurs, ni chez les distributeurs, trop d’intervenants trouvant leur vraie rentabilité financière dans les opérations de rempotage de caviars étrangers.

3. Aux dires d’un expert, "Neuvic" (qui ne sera pas opérationnel avant 4 ans) est un remake de l’aventure du paquebot France : "prestigieux mais hors coûts d’exploitation" !

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous