L'Usine de l'Energie

L’Energie, c’est aussi l’affaire de l’industrie. Pour comprendre les enjeux de la transition énergétique, suivre le développement des énergies renouvelables, décrypter les politiques environnementales et mesurer l’impact de ces changements sur la compétitivité des usines, L'Usine Nouvelle donne la parole aux industriels. Solaire, éolien, gaz de schiste, nucléaire, hydrogène, pétrole, charbon, biomasse, énergies offshores, isolation des bâtiments… toutes les énergies et les sujets seront traités par nos journalistes et notre réseau d’experts.
 

L'Usine de l'Energie

Dossier

Le Congrès mondial du gaz ouvre ses portes à Paris

Le gaz, un marché croissant et déséquilibré

Par  - Publié le
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Gaz
© DR

Dans son panorama gazier 2011, le Cedigaz décrit un marché en croissance soutenue et durable et une disparité importante des prix dans le monde.

Au début de l’année 2011, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) annonçait un "âge d’or du gaz". Le Cedigaz (Centre International d'Information sur le Gaz naturel et tous Hydrocarbures Gazeux) confirme cette prédiction dans son panorama gazier 2011. Pour Olivier Appert, le Président d’honneur de Cedigaz, également président de l’IFPEN (Institut français du pétrole et des énergies renouvelables), "l’activité gazière est soutenue, suite à l’accident de Fukushima, par la demande de la Chine désireuse de diversifier son mix énergétique, la compétitivité des gaz non conventionnels et la maturité du gaz naturel liquéfié".

Durant l’année passée, la production de gaz dans le monde a cru de 3 % dans le monde, soit de plus de 100 milliards de mètres cubes. Mais cette hausse est très déséquilibrée.  L’Amérique du Nord a augmenté sa production de 5,5 %, la CEI (Communauté des Etats Indépendants)  de 4,6 % et le Moyen-Orient de 11 % sous l’impulsion du Qatar. En revanche, sous l’effet des printemps Arabe, principalement en Egypte et en Lybie, la production africaine a chuté de 5,8 %. Quant à l’Europe, la dégringolade s’établit à 9,4 % sous l’effet de l’épuisement des champs matures. La production norvégienne y est en recul pour la première fois.

Au cas par cas

Le cas des Etats-Unis est particulier, l’accroissement important de la production sert en particulier l’autoconsommation des américains. Le pays profite grâce à l’essor des gaz de schiste de prix extrêmement compétitifs. Le gaz y coûte 15 dollars/baril équivalent pétrole (bep), contre 78 dollars/bep en Europe et 110 dollars/bep en Asie. Cette compétitivité a permis de relocaliser de grands projets de chimie sur le territoire américain.

La Chine s’est lancée dans un grand projet de production de gaz de schiste. Le pays vise une production de 60 à 100 milliards de mètres cubes d’ici 2020, même si le potentiel du pays est incertain et qu’il risque d’être confronté à un manque de disponibilité de l’eau.

En Europe, la production massive qui est attendue en Pologne, en Allemagne et en Ecosse se fera à des prix supérieurs à ceux observés outre-Atlantique en raison notamment d’une exigence environnementale plus élevée. 

La France, qui posséderait les premières ou deuxièmes réserves de gaz de schiste en Europe avec  5 300 milliards de mètres cubes, a pour l’instant interdit l’utilisation de la fracturation hydraulique nécessaire à l’exploration et l’exploitation de cette ressource. Une commission d’étude doit être mise en place dans les mois qui viennent pour étudier la possibilité de réaliser des forages à vocation scientifique.

Imprimer

1 réaction

Voltaire | 28/04/2012 - 15H58

Autrement dit, les écolos européens vont rendre le gaz de schiste plus cher et plus rare. Ceci, avec le pic de gaz. Décidément, l’Europe choisit une drôle de voie.

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Diaporama Energie

[DIAPORAMA] Tchernobyl, 30 ans après l'accident nucléaire

Le 26 avril prochain, les autorités ukrainiennes organiseront une grande cérémonie pour le trentième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl. L’occasion de se remémorer le dramatique événement mais aussi d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les besoins de financements pour reprendre le contrôle de ce monstre radioactif. Car peu a été fait depuis 30 ans. Kiev, pris entre la chute de l’URSS, l’indépendance du pays, ou aujourd’hui les tensions géopolitiques, a laissé la centrale et la zone d’exclusion de 30 kilomètres en jachère. Seuls trois îlots de modernité émergent : une arche géante en construction pour recouvrir le réacteur, un site de conditionnement des liquides radioactifs et une installation de stockage des combustibles usés. Trois chantiers pour plus de 2 milliards d’euros financés par une quarantaine de pays et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Tchernobyl, 30 ans après l'accident nucléaire

[DIAPORAMA] La construction du plus grand parc éolien en mer du Nord

Situé en mer du Nord à 85 km au large de Groningue (Pays-Bas), et donc invisible des côtes, le parc Gemini fournira en 2017 une capacité de production de 600 mégawatts. Cet emplacement offre les vitesses de vent les plus élevées et les plus constantes sur cette partie néerlandaise de la mer du Nord. Le site devrait être pleinement opérationnel d'ici 2017.  Mi-février, la première des 150 éoliennes du futur parc Gemini a été installée. 

Voir la galerie

[DIAPORAMA] La construction du plus grand parc éolien en mer du Nord

La première hydrolienne du parc hydrolien EDF de Paimpol-Bréhat prête à être mise à l'eau

Ces turbines formeront la première ferme, en France et dans le monde, d'hydroliennes raccordées au réseau national de distribution d'électrictié. Après une série de tests concluants menés en rade de Brest fin novembre, la première des deux hydroliennes DCNS/OpenHydro doit prendre la mer prochainement pour rejoindre son site d'exploitation. Elles équiperont le site expérimental d'EDF au large de Ploubazlanec (Côtes d'Armor).  

Voir la galerie

La première hydrolienne du parc hydrolien EDF de Paimpol-Bréhat prête à être mise à l'eau

Au coeur du caveau des radiations

L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs prépare, dans le laboratoire souterrain de Bure (Meuse), le stockage de déchets nucléaires à longue durée de vie. Un centre industriel pourrait ouvrir d'ici à 2025.

Voir la galerie

Au coeur du caveau des radiations
Voir tous les diaporamas "Energie" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous