Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le fonds souverain qatari ignore les sanctions

Publié le

Infos Reuters DOHA/ZURICH (Reuters) - Le fonds souverain qatari Qatar Investment Authority (QIA), qui possède 300 milliards de dollars d'actifs (256 milliards d'euros), compte accroître ses investissements à l'international en dépit de la crise qui oppose le petit émirat à ses voisins.

Le fonds souverain qatari ignore les sanctions
Le fonds souverain qatari Qatar Investment Authority compte accroître ses investissements à l'international en dépit de la crise qui oppose le petit émirat à ses voisins. Il n'y a pas de projets de liquidations d'actifs étrangers et le fonds annoncera bientôt de nouveaux investissements internationaux importants, déclare le directeur général de la QIA, cheikh Abdallah ben Mohamed ben Saoud al Thani (photo). /Photo d'archives/REUTERS/Neil Hall
© Neil Hall

Il n'y a pas de projets de liquidations d'actifs étrangers - contraitement à ce que certains investisseurs conjecturent - et le fonds annoncera bientôt de nouveaux investissements internationaux importants, déclare le directeur général de la QIA dans un entretien au journal Lusail.

"Nous venons juste d'achever une tournée de plusieurs pays et nous annoncerons bientôt des investissements significatifs", a dit le cheikh Abdallah ben Mohamed ben Saoud al Thani au journal qatari.

L'économie qatarie est sous pression depuis le 5 juin, date à laquelle l'Arabie saoudite, le Bahreïn, les Emirats arabes unis et l'Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques et économiques avec le pays, en l'accusant de soutenir des organisations terroristes et de se rapprocher de l'Iran, ennemi juré de Ryad. Doha rejette ces accusations.

Face au blocus que lui imposent ses puissants voisins, le Qatar a déposé 10,9 milliards de dollars dans ses banques en juin pour assurer ses liquidités et les professionnels estiment que ce montant a probablement augmenté depuis.

Le directeur général de la QIA a cependant expliqué que les sanctions contre l'émirat n'avaient pas pesé sur la stratégie d'investissements du fonds, sans donner davantage de détails sur d'éventuelles futures prises de participation.

(Tom Finn et Joshua Franklin, avec Rania El Gamal; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus