Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le drone S-MAD se pose contre un mur et redécolle

Xavier Boivinet

Publié le

L'avion-drone développé à l'université de Sherbrooke (Canada) s'accroche aux murs tel un insecte. L'équipe du projet s'est inspirée du mouvement des oiseaux à l'approche d'un endroit où se poser.

Le drone S-MAD se pose contre un mur et redécolle
L'avion-drone S-MAD s'agrippe à la paroi des murs.
© Capture d'écran - Createk Design Lab / Université de Sherbrooke

Il vole droit vers un mur à 25 km/h mais ne s’écrase pas. Au dernier moment, il se cabre pour s’accrocher à la paroi. Au Canada, une équipe de l'université de Sherbrooke a développé un drone capable de se poser contre un mur avant de redécoller. Ils le présentent dans la vidéo ci-dessous :

Baptisé S-MAD (pour Sherbrooke’s Multimodal Autonomous Drone), le drone ressemble à un avion télécommandé des plus communs. Il a d'ailleurs été acheté dans le commerce. Modifié par la suite, il a été équipé de "pattes" au bout desquelles des "microgriffes" lui permettent de s’agripper à une paroi. "Brique, stucco, bardeau d'asphalte, béton... Il est capable de s'accrocher à différents types de surfaces rugueuses", indique Dino Mehanovic, étudiant à l'université de Sherbrooke qui développe S-MAD dans le cadre de son projet de recherche de Master.

Inspiré des oiseaux

Une paroi qu’il est capable d’approcher tout doucement à la verticale et de manière autonome grace à des capteurs de distance, d'orientation et de vitesse. Mais aussi des accéléromètres qui permettent de détecter l'impact avec le mur et de déclencher le freinage du moteur.

"Nous nous sommes inspirés des écureuils volants, mais surtout des oiseaux, précise Dino Mehanovic. Avant de se poser sur une branche, ils utilisent une manœuvre de cabrage pour redresser leur corps et ralentir avec leurs ailes. Ils ne touchent pas leur objectif tout de suite. Ils restent un certain temps en l'air pour ralentir et se laisser une marge d'erreur en cas de perturbation."

Inspection et surveillance

Concernant les applications d'un tel appareil, les membres de l'équipe projet pensent à l'observation et la détection. "Le drone peut se percher sur des bâtiment élevés, à des locations difficiles d'atteinte, et réaliser des tâches d'inspection ou de surveillance, précise Dino Mehanovic. Des groupes de drones de ce genre pourraient également atterrir sur des bâtiments en zones sinistrées, après un tremblement de terre par exemple, pour établir des réseaux de communication temporaires."

Les travaux ne s'arrêtent pas là. Des pistes d'amélioration sont déjà à l'étude. Notamment concernant le freinage du moteur lors du contact avec le mur, mais aussi des manoeuvres additionnelles si la surface est trop lisse pour les microgriffes.

 

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus