Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le danois Lundbeck accroît sa présence en France

Publié le

A l'inverse des autres laboratoires, le groupe danois développe des capacités de production en France en rachetant le façonnier niçois Elaiapharm.

> La France accueille la première filiale européenne du groupe, qui est spécialisé dans le traitement des maladies psychiatriques et neurologiques. Elle compte : > 600 salariés sur un total de 5 500 dans le monde > Un département de recherche clinique internationale de 80 personnes > Un site de production, Elaiapharm, acquis en 2009 Elaiapharm réservera 50 % de sa production à des tiers. « Les médicaments Lundbeck assurent déjà 25 % de l'activité de l'usine, ce chiffre devrait doubler d'ici deux à trois ans en intégrant des produits encore assurés par d'autres sous-traitants », explique Jean-Philippe Néron, le directeur commercial d'Elaiapharm. Le rachat est plutôt bien accueilli par les 130 salariés d'Elaiapharm. Ce sont eux qui ont acquis le site, cédé par le britannique GlaxoSmithKline en 1997. D'abord laboratoire traditionnel, l'usine a rejoint les rangs de la sous-traitance en 2004. Sa spécialité : les formes sèches (comprimés et gélules) en grande série et à bas prix, mais aussi les flacons stériles pour injection, notamment pour les lots cliniques des entreprises de biotechnologies.

Le 4 décembre, à Sophia-Antipolis, près de Nice (Alpes-Maritimes), sous pavillon rouge et blanc danois, Lundbeck inaugurait son site de production pharmaceutique, Elaiapharm, acquis en octobre. Pas banal, alors que chaque année en France, deux à trois usines sont au contraire cédées par des laboratoires aux façonniers. Mais pour le danois, qui a réalisé 1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2008, cette acquisition est doublement stratégique.

D'abord, parce qu'elle lui permet d'accroître sa flexibilité de production. « Deux sites pharmaceutiques donnent plus de sécurité. En cas de problème sur l'un, l'autre prend le relais », confie Bo Hilligsoe, le vice-président de la production des produits finis de Lundbeck et directeur général d'Elaiapharm. Le groupe danois compte quatre usines, deux pour la production des principes actifs (au Danemark et en Italie) et deux unités pharmaceutiques, au Danemark et, désormais, en France. L'optimisation est de règle : « Depuis quatre ou cinq ans, avec notamment les outils du lean manufacturing, nous avons baissé nos coûts chaque année. Nous allons utiliser ce savoir-faire pour augmenter la productivité et la compétitivité d'Elaiapharm », continue Bo Hilligsoe.

UN PORTEFEUILLE DE PRODUITS BIEN GARNI

Par ailleurs, l'implantation d'un site de production en France vient renforcer la première filiale européenne du groupe, créée en 1984 avec 3 salariés et qui en compte aujourd'hui 600. Avec le lancement d'antipsychotiques, d'un antidépresseur ou d'un anti-Alzheimer, Lundbeck s'est affirmé comme spécialiste du système nerveux central. Un positionnement remarqué en France, où il figure au trentième rang des laboratoires. Aujourd'hui, une centaine d'hôpitaux français testent des molécules de Lundbeck, dans des essais cliniques de phase I, II ou III. Son portefeuille de produits est bien garni, avec neuf qui sont en essais cliniques II et III.

En pleine mutation de l'industrie pharmaceutique, le danois tire son épingle du jeu, grâce à sa spécialisation - unique au monde - dans les traitements des troubles du système nerveux central (maladies psychiatriques et neurologiques). « Grâce à cela, et à nos 23 % de chiffre d'affaires investis en R et D, nous sommes meilleurs en recherche que ce qui serait attendu au vu de notre taille moyenne », assure Marie-Laure Pochon, la présidente de Lundbeck France, qui supervise par ailleurs les filiales allemande et belge.

Seconde originalité : si, depuis 1999, Lundbeck est coté à la Bourse de Copenhague, il est toujours détenu à 70 % par la fondation Lundbeck. « Avec la fondation, la priorité est donnée au moyen terme plus qu'au court terme. Surtout, le cap est maintenu malgré les turbulences », assure Marie-Laure Pochon. La fondation a créé en 1997 l'institut Lundbeck, un centre de formation pour les médecins, à Copenhague. Fin janvier, un second institut de ce type verra le jour en France, pour offrir des formations aux médecins et réfléchir aux aides possibles afin d'éviter la désociabilisation des patients. Car Lundbeck a aussi pour ambition d'être un acteur global de la santé.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus