Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Le cœur de Carmat pourrait ne plus jamais battre en France

Aurélie M'Bida ,

Publié le

Vu sur le web Après le décès en octobre dernier du cinquième patient greffé d'un cœur artificiel Carmat, la société qui  les conçoit a décidé de retirer sa demande de reprise des essais cliniques déposée auprès de l'ANSM. Le DG de Carmat évoque même une possibilité de poursuite de l'expérimentation ailleurs que dans l'hexagone.

Le cœur de Carmat pourrait ne plus jamais battre en France © D. R.

Cinq décès, un essai suspendu, de multiples batailles à mener de front. Las, le directeur général de Carmat, à l'origine des cœurs artificiels du même nom, pourrait bien jeter l'éponge. La société a en effet retiré la demande déposée auprès des autorités françaises de reprise d'un essai clinique suspendu après le décès d'un patient mi-octobre, selon les informations du Parisien. Stéphane Piat, son DG a par ailleurs confié au journal, ce lundi, qu'il n'excluait pas de poursuivre les recherches et l'expérimentation aux Etats-Unis.

"L'ANSM observe le principe de précaution. C'est normal, nous ne vendons pas des chocolats. Mais ce principe est dépassé dans beaucoup de pays où l'on parle plutôt de bénéfice/risque" a expliqué le dirigeant dans une interview, faisant le point sur l'état d'esprit de son entreprise, alors que 3 mois et demi après le dernier décès de patient greffé, l'agence de sécurité du médicament (ANSM) n'a toujours pas levé la suspension d'essais clinique sur le cœur artificiel développé par Carmat. Pourtant, la société estime avoir travaillé à la levée de cette suspension. Elle avait déposé une demande de reprise des essais le 15 novembre dernier. Et envisageait déjà une reprise dans les plus brefs délais au mois de décembre.

"Pas sur la même longueur d'ondes"

Les signaux n'ont pas dû être bons. Finalement, Carmat a préféré renoncer face à des "demandes de documents trop importantes par rapport au problème identifié". Et M. Piat de renchérir: "si l'attente des autorités est le risque zéro, beaucoup vont être déçus, en premier lieu les patients qui attendent d'être implantés."  En effet, l'étude Pivot menée par Carmat, vise à implanter la prothèse à un large éventail de patients souffrant d'insuffisances cardiaques graves. Elle devrait déboucher sur la commercialisation du cœur artificiel développé par Carmat. Etant donné la population objet de l'étude, pour laquelle l'aval du Comité de protection des personnes (CPP) et de l'ANSM a été obtenu en juillet dernier, le DG de Carmat s'interroge: "nous avons un produit dont l'objectif est de lutter contre le manque de cœurs humains ; nous traitons des patients dont l'espérance de vie n'est que de quelques semaines. Le bénéfice est positif. Pourquoi ne pas donner cette option au patient ?"

Toujours est-il que cinq patients greffés sont morts. Le dirigeant de Carmat ne nie pas les faits. Mais il refuse de faire un point précis sur les études menées par sa société après le décès de la dernière personne ayant reçu un cœur artificiel. "Je le répète, le fonctionnement de la prothèse n'est pas en cause", a-t-il déclaré dans l'interview.

Pragmatisme américain

Remettant sérieusement en cause le fonctionnement français avant l'autorisation de mise sur le marché d'un nouveau produit, Stéphane Piat fulmine : "en France, l'innovation, tel le cœur Carmat, connaît des blocages, alors qu'elle devrait être le fruit d'une collaboration forte entre les autorités, l'entreprise, les spécialistes, les patients..."  Et celui qui a été nommé à la tête de la société en septembre dernier, quelques jours après avoir annoncé le lancement des essais, lorgne sur le marché américain qu'il connaît très bien.  "Certains systèmes réglementaires étrangers sont plus à l'écoute. Nous avons rencontré l'autorité de santé américaine (FDA). Ils ont une approche plus pragmatique, plus souple. Nous travaillerons avec les personnes qui sont capables de comprendre notre problématique. Car nous ne pouvons pas continuer au rythme d'un ou deux patients par an. Nous sommes à un moment de l'étude où il faut aller vite pour progresser", a-t-il révélé.

Ayant eu plusieurs postes à responsabilité dans le domaine cardio-vasculaire, Stéphane Piat a dirigé –avant son entrée chez Carmat – le lancement commercial du premier stent actif au monde, devenu depuis un blockbuster international chez  l'Américain Johnson & Johnson.  

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

08/02/2017 - 13h43 -

Sur l' article de Ouest france ou de boursorama, il est mentionné les raisons du cinquième décès: Il est dû «?à une mauvaise manipulation des batteries par le patient qui a causé l’arrêt de la prothèse. Les équipes travaillent activement sur cet aspect relevant du suivi post-opératoire afin de renforcer la sécurité des prochains patients.?» Donc même si je comprend la frustration de Carmat... c' est quand même un peu de leur faute... si le patient ne sait pas trop géré les batteries.. car ça releve à la fin d'une question de vie ou de mort, et non d'une cause naturelle de décès. http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/coeur-artificiel-carmat-devoile-les-raisons-du-cinquieme-deces-4785947 http://www.boursorama.com/actualites/carmat-apporte-des-precisions-sur-la-suspension-de-l-etude-pivot-a14580f0692a062a243a14710a0f0250
Répondre au commentaire
Nom profil

06/02/2017 - 13h39 -

Lamentable d'en arriver là ! Une société française jetant l'éponge en France sur une expérimentation aussi importante et attendue par de nombreux patients , tout cela pour des raisons de blocage par les autorités françaises ! C'est vraiment pitoyable !
Répondre au commentaire

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus