Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

LafargeHolcim veut construire le mur de Trump et déclenche l'ire des internautes

Aurélie M'Bida , , ,

Publié le

Vu sur le web Le jeu en vaut-il la chandelle ? C'est la question qu'a dû se poser Eric Olsen, le PDG du cimentier franco-suisse LafargeHolcim, en déclarant que son groupe voulait construire le mur controversé entre les Etats-Unis et le Mexique. Coup de com' ou balle dans le pied ? Toujours est-il que les réactions sont plutôt négatives dans la presse et sur les réseaux sociaux.

LafargeHolcim veut construire le mur de Trump et déclenche l'ire des internautes
Eric Olsen, le PDG du groupe LafargeHolcim.
© Lafarge

Le PDG du cimentier franco-suisse LafargeHolcim n'en a pas fini avec la polémique. Dans un entretien accordé à l'AFP, et retranscrit jeudi 9 mars, Eric Olsen s'est dit prêt à vendre son ciment pour la construction du mur anti-clandestins voulu par le président des Etats-Unis Donald Trump. Ce projet décrié à travers le monde, vise à établir une frontière matérialisée entre les Etats-Unis et le Mexique. Un chantier évalué à plusieurs dizaines de milliards de dollars, selon les calculs du Figaro, qui laisse M. Olsen songeur.

 

Rappelant que le groupe de matériaux de construction était leader du ciment aux Etats-Unis, le dirigeant a affirmé que sa société soutiendrait le développement du pays et indiqué que LafargeHolcim n'avait rien à faire avec la politique. Cette déclaration n'a pas manqué d'enflammer les réseaux sociaux et de déclencher des réactions dans la presse ce matin.  Un véritable bad buzz, à peine quelques jours après que le groupe basé à Jona eut reconnu avoir indirectement financé Daesh entre 2013 et 2014.

Florilège de réactions sur Twitter

 

 

 

 

Ayrault s'en mêle

Jean-Marc Ayrault, le ministre français des Affaires étrangères, a appelé ce jeudi sur France Info à la responsabilité du premier cimentier mondial. "Lafarge dit 'je ne fais pas de politique'", a répété le chef de la diplomatie, "très bien, mais je rappelle que les entreprises - et nous avons travaillé au gouvernement pour développer cette dimension - ont aussi une dimension sociale et environnementale". Et de poursuivre : "j'en appelle à ses responsabilités".

 

 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

12/03/2017 - 19h17 -

Honteux. L appât du gain enleve toute moralité ....on peut bien l oublier pour plusieurs milliards de dollars...à vomir!
Répondre au commentaire
Nom profil

11/03/2017 - 07h39 -

On vient bien que la dimension RSE est loin d'étre une composante du systéme de management du géant de l'industrei cimentiere. Il faut que les institutions internationales freinent ce genre d'ardeur...sinon hier c'etait daesh aujourd'hui c le mur demain sera...pire.
Répondre au commentaire

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

 

 
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus