Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Aéro

La vente du Rafale réjouit les salariés de Dassault

, , ,

Publié le

Les représentants du personnel de Dassault étaient reçus cet après-midi même par le directeur des ressources humaines du groupe. Avant même la confirmation officielle de la nouvelle par leur direction, ils se réjouissaient d’une nouvelle dynamique pour leur entreprise.

La vente du Rafale réjouit les salariés de Dassault © Jean-Louis Salque - L'Usine Nouvelle

Syndicats et direction s’étaient quittés la semaine dernière plutôt fâchés suite à une négociation salariale dans l’impasse. Les organisations ayant refusées de signer les propositions de la direction, celle-ci avait rétrogradé les augmentations générales de 1,3 % à 1 %   pour les non cadres et les augmentations individuelles  de 2,8 % à 2,5 % pour les cadres. Avec la vente probable de 126 Rafale à l’Inde, la température risque de se réchauffer.

Les salariés se veulent encore prudents.  "Nous avons rendez-vous cet après-midi avec le DRH pour avoir la confirmation officielle de l’annonce et surtout évaluer le timing des prochaines étapes :  les négociations sont-elles une affaire de semaines ou de mois ?",  explique Raymond Ducrest, délégué CFDT de Dassault Aviation. "Si c’est confirmé en tous cas, c’est une très, très  bonne nouvelle. Cela nous met dans une excellente dynamique. D’autant que la signature avec les indiens peut bien orienter  les discussions avec les Emirats, la Suisse… Un pays hésite à s’engager seul, là c’est peut-être enfin le décollage du Rafale à l’export."

Le syndicaliste y voit une vraie ouverture pour  les salaires et pour l’emploi en France, les effectifs ayant diminué de 8 000 à 7800 en deux ans selon lui. "Depuis quelque temps, on laissait filer, seuls les compétences très pointus étaient remplacées." Quant au terme du contrat qui confierait aux sites indiens un nombre très important de Rafale à assembler sur place, elle n’alarme pas Raymond Ducrest. "L’assemblage c’est une chose, la fabrication c’en est une autre, cela va de toute façon regonfler le plan de charge."
 

Réagir à cet article

Nous suivre

 
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter de l'aéro
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus