Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La télévision sauve le marché français de la high-tech grand public en 2016

Ridha Loukil ,

Publié le

Après trois années consécutives de baisse, le marché des matériels électroniques, informatiques et télécoms grand publics se redresse de 2% en 2016 en France, alors qu’il recule en moyenne de 2% en Europe. Mais ce résultat est du à deux évènements exceptionnels : le passage de la télévision à la haute définition et la Coupe d’Europe de football.

La télévision sauve le marché français de la high-tech grand public en 2016
Magasin Miss Numérique

C’est une année exceptionnelle pour la high-tech en France. Après trois années consécutives de recul, le marché français des équipements électroniques, informatiques et télécoms des ménages se redresse de 2% à 15,5 milliards d’euros, selon l’institut GfK. Un résultat qui contraste avec la baisse moyenne de 2% observée en Europe de l’Ouest.

Effet d'aubaine de 700 millions d'euros dans la télévision

Mais cette embellie, la France la doit au passage en avril 2016 à la télévision à haute définition au format Mpeg-4 (et donc l’extinction de la télévision à définition standard au format Mpeg-2) et à l’organisation de la Coupe d’Europe de football en juin-juillet 2016. Deux évènements exceptionnels qui ont donné un coup de fouet à la demande de télévision et périphériques associés. Ainsi, les ventes de téléviseurs ont bondi de 30% en volume à 6,5 millions d’unités et de 16% en valeur à 2,4 milliards d’euros. GfK estime l’impact de l’Euro 2016 et du passage à la haute définition à 700 millions d’euros. « Sans cet effet d’aubaine, la France aurait été en ligne avec la moyenne européenne et aurait encaissé un recul de 2% du marché global», note Michael Mathieu, directeur du pôle électronique grand public chez GfK France. L’extinction de la télévision à définition standard a favorisé le rachat par les ménage de 1,4 millions de téléviseurs en remplacement des postes incapables de recevoir la télévision à haute définition.

D’autres matériels tirent le marché comme les barres son (+4% en volume), les chaines hi-fi multi pièces (+27%), les enceintes sans fil (+14%) ou encore les drones (+50%). Mais leur croissance ne compense par la baisse des platines DVD (-11%), des appareils photo numériques (-22%), des camescopes (-2%), des téléphones mobiles (-6%), ou encore des PC de bureau (-15%).

Déception dans les PC convetibles en tablettes

Plombé par le retournement de 21% des ventes de tablettes à 4 millions de pièces et 900 millions d’euros, le marché informatique diminue de 4% à 5,5 milliards d'euros, marquant sa troisième année consécutive de baisse. « Mais sans les tablettes, il aurait été en croissance », note Tristan Bruchet, directeur du pôle informatique chez GfK France.  Car les PC portables résistent bien avec des ventes en progression de 2% à 3,9 millions de pièces et 2,2 milliards d’euros. Mais sur le segment des PC convertibles en tablettes, c’est la grande déception. Il s’en est vendu seulement 390 000 pièces, en baisse de 10% par rapport à 2015. La faute à la concurrence des nouveaux Netbooks ultra portables qui semblent séduire davantage les consommateurs. Autre déception : les objets connectés dont la croissance marque le pas. Après une explosion de 200% en 2015, les ventes ont cru seulement de 20% en 2016 à 251 millions d’euros.

Pour 2017, GfK voit le marché revenir à un niveau normal de 14,9 milliards d’euros, soit une baisse de 4%. Le cabinet entrevoit une explosion des ventes de casques de réalité virtuelle et augmentée à 500 000 pièces, contre 350 000 en 2016. Mais ce chiffre se compose en grande partie de Cardbords, des visiocasques en carton dans lesquels un smartphone est inséré pour faire office d’écran. GfK s’interroge enfin sur la révolution des assistants vocaux, des enceintes intelligentes capables non seulement de jouer de la musique mais aussi de répondre à des questions posées en langage naturel, de contrôler les équipements domestiques ou encore de commander des pizzas. Pour le moment, ces dispositifs ne parlent qu’anglais et allemand. La particularité c’est qu’ils sont proposés, non pas par des constructeurs traditionnels de matériels high-tech, mais par deux grands acteurs du digital : Amazon et Google.

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus