Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

La sûreté nucléaire se dégrade selon l'Anccli

Ludovic Dupin

Publié le

L’Association nationale des comités et commissions locales d’information (Anccli) s’inquiète de la dégradation de la gouvernance de la sûreté nucléaire et craint que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ait subi des pressions. L'association lance un appel aux candidats à la présidentielle.     

La sûreté nucléaire se dégrade selon l'Anccli
Chute d'un générateur de vapeur dans la centrale de Paluel en 2016

"Les candidats à la présidentielle parlent beaucoup de continuer ou non le développement du nucléaire, mais aucun ne parle de la sûreté nucléaire, en particulier de sa dégradation". Tel est l’appel sans ambiguïté lancé par Jean-Claude Delalonde, président de l’Association nationale des comités et commissions locales d’information (Anccli) à quelques mois de l’élection présidentielle. Jean-Claude Delalonde ajoute : "La filière nucléaire existe depuis plus de 40 ans, elle a été présentée comme sûre et peu coûteuse. Ce n’est pas à nous de nous positionner sur la légitimité de cette filière, mais si elle devient coûteuse et moins sûre, nous avons le droit de nous interroger".

Des pressions sur l’ASN

Quatre événements ont interpellé l’Anccli en 2016. En mars, la chute d’un générateur de vapeur à la centrale de Paluel (Seine-Maritime). En mai 2016, la découverte de falsifications sur des pièces forgées à l’usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire). En juin, la mise en évidence d’anomalies sur des générateurs de vapeur du parc nucléaire français et la demande du report du démantèlement des anciens réacteurs uranium-gaz d’EDF.

"Nous avons le sentiment que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a subi des pressions pour lever des exigences de sûreté", n’hésitent pas à lancer les membres de l’Anccli. L’ASN a pourtant réaffirmé sa vigilance et son intransigeance lors de ses vœux à la presse le 19 janvier 2017, n’hésitant pas à parler "d’un contexte préoccupant de la sûreté".

L’Anccli ne comprend pas la décision prise par l’ASN le 5 décembre 2016 d'autoriser le redémarrage 9 des 12 réacteurs arrêtés en raison des anomalies sur des générateurs de vapeur. "Pendant six mois en 2016, nous avons été associés à toutes les sujets, mais l’ASN a pris cette décision sans nous en informer l’Anccli et les CLI. Nous nous inquiétons… peut-être à tort… mais nous nous inquiétons", ajoute Jean-Claude Delalonde.

Trois propositions aux candidats

Aussi, l’Anccli émet trois recommandations auprès des candidats à la présidentielle. Premièrement, restaurer la confiance dans le contrôle de la sûreté et la qualité nucléaire. "Il y a une dégradation irrémédiable de la défense en profondeur. Les marges ne sont pas détruites mais elles sont réduites. Nous demandons qu’un effort soit fait envers les CLI qui manquent d’informations", juge l’ANCCLI. Deuxièmement, l’association demande qu’un débat soit lancé à l’échelle nationale pour la prolongation au-delà de 40 ans des réacteurs du parc. Troisièmement, l’Anccliappelle les candidats à organiser le lancement d’une réelle industrie du démantèlement en France, avant qu’elle ne soit devancée par ses voisins européens.

"Nous avons le sentiment que beaucoup de structures officielles, de représentants économiques et de citoyens sont dans une situation de déni. Certains corps d’Etat ont, quant à eux, un comportement de dépit", constate Jean Claude Lalonde. Il ajoute : "Les hommes politiques doivent faire face à leurs responsabilités, coupables qu’ils seraient de ne pas prendre les décisions qu’exigent les enjeux de la sûreté nucléaire". 

L’Anccli, qui regroupe 35 commissions locales d’information (CLI) voisines de sites nucléaires, comptent 3000 bénévoles dont 1500 élus locaux, le reste étant composé d’ONG (pro ou anti-nucléaire), d’experts et de citoyens. Elles ont été créées en 2006.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

01/02/2017 - 20h58 -

Les accidents graves dans ce genre d'établissement résultent toujours d'un manque de moyens résultant d'une désaffection pour le système en cause. Voir l'accident de Bopal pour en tirer des enseignements utiles pendant qu'il en est encore temps
Répondre au commentaire
Nom profil

07/02/2017 - 21h21 -

Depuis 10 ans l'ASN n'a fait qu'empiler des nouvelles normes, réglementations, exigences et contraintes sur l'industrie nucléaire. Des milliards ont été investis depuis Fukushima. Aucune ville ne résisterait à un séisme maintenant pris en compte pour les centrales. Les gens seront morts dans l’effondrement de leur immeuble avant que la moindre radioactivité ne puisse les empoisonner. La sûreté diminue ? Mais de qui se moque t on ? Donc l'ASN n'a servit à rien depuis 10 ans... preuve de son inefficacité complète malgré au moins 400 inspecteurs !
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus