Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La Saline d’Einville va investir 4 millions d’euros pour moderniser ses bâtiments

, , , ,

Publié le

La dernière saline indépendante de France va lancer d’ici à 3 ans un plan de modernisation de ses installations et augmenter ses capacités de production de sel à l’ancienne sur son site d'Einville-au-Jard (Meurthe-et-Moselle).

La Saline d’Einville va investir 4 millions d’euros pour moderniser ses bâtiments © Saline d'Einville

"Nous devons moderniser nos installations pour mieux répondre aux attentes de nos clients", a expliqué le 23 octobre, Claude Martin, le PDG de la Saline d’Einville, lors du Salon international de l’agroalimentaire (Sial). Située près de Nancy (Lorraine), la dernière saline indépendante de France n’appartenant pas à un grand groupe, va investir 4 millions d’euros dans ses bâtiments d’ici à 3 ans. "Un effort conséquent, sachant que nous investissons habituellement 600 000 euros par an", souligne Claude Martin.

Un nouveau bâtiment de 2 000 m² sera ajouté aux anciens, portant à 6 500 m² la surface de cette usine qui compte 30 salariés. "Cela permettra notamment d’internaliser le stockage de matières jusqu’ici sous-traité", souligne le PDG.

Accroissement des capacités de "pétales de sel"

La société, née en 1871, entend aujourd’hui développer son activité sur le sel haut de gamme, à l’ancienne et particulièrement sur les "pétales de sel", séchées à l’air libre, selon un process d’évaporation et de récolte traditionnels, contrairement à l’évaporation sous vide, plus moderne, qui assure l’essentiel de son activité. Grâce à de nouveaux bassins couverts, les capacités de production de ces "pétales de sel" vont être multipliées par 10, pour passer à 5 tonnes, une goutte d’eau sur les 28 000 tonnes fabriquées tous sels confondus en moyenne chaque année, mais qui "connaît une forte croissance", selon Claude Martin.

La Saline d’Einville a réalisé un chiffre d’affaires de 6,5 millions d’euros en 2011, qualifié de stable par la direction, dont 60 % pour les marques distributeurs et le reste sous marque propre.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

26/10/2012 - 15h21 -

"La dernière saline indépendante de France..." on pourrait le croire ... si l'on oublie les paludiers des marais salants Guérandais
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus