La réforme du rail n’inquiète pas le nouveau président de RFF

Par  - Publié le
Voie ferrée, train, rail, ferroviaire
© Rio Tinto

L’annonce des propositions de Bruxelles pour la future libéralisation du ferroviaire en Europe ne remet pas en cause la réforme française selon Jacques Rapoport, le nouveau président de Réseau ferré de France (RFF).

"Je suis serein face aux positions de la commission", prévient Jacques Rapaport, président de Réseau ferré de France (RFF) depuis le 19 novembre dernier. Pour lui, si ces propositions concernant le quatrième paquet ferroviaire voient le jour, elles ne remettront pas en cause la grande réforme du ferroviaire qui doit se mettre en place en France.

"Sur les quatre points évoqués, trois ne font pas débat. L’interopérabilité ? Nous sommes plutôt un bon élève. Le professionnalisme du personnel ferroviaire ? Nous sommes en face d’une transformation profonde des métiers du transport. Il faut s’adapter aux évolutions technologiques. On ne peut qu’y adhérer. La concurrence fin 2019 ? C’était acquis. Le ministre des Transports avait dit pas avant 2019."

Le seul point qui pourrait faire débat concerne l’organisation. "C’est un peu différent de ce qui avait été prévu." L’organisation du ferroviaire allemand avec une société holding coiffant la gestion des infrastructures et l’exploitation du réseau n’est pas condamnée. Par contre, la Deutsche Bahn pourrait se voir limiter l’accès aux autres marchés si elle ne respecte pas les règles de la concurrence régulée dans son pays. Quant au modèle français, il ne serait pas concerné avec un gestionnaire des infrastructures unifié proche de la SNCF"C’est possible ! Il n’y a pas besoin de mur de Berlin pour y arriver. Le rôle du régulateur est essentiel, s’il fait correctement son travail. Le GIU est garant de l’accès du réseau", assure Jacques Rapaport. A voir !

Olivier Cognasse

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous