Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

La ministre de la Santé réfléchit à rendre obligatoires onze vaccins

Léna Corot ,

Publié le

Vu sur le web Coqueluche, hépatite B et rougeole vont peut-être rejoindre la liste des vaccins obligatoires. Face à la défiance grandissante contre les vaccins, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a déclaré dans une interview au Parisien réfléchir "à rendre obligatoires" onze vaccins contre trois actuellement.

La ministre de la Santé réfléchit à rendre obligatoires onze vaccins
Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, réfléchit à rendre obligatoire onze vaccins.
© Maya Angelsen

Les vaccins contre la coqueluche, l'hépatite B et la rougeole vont-ils rejoindre ceux contre la polio, le tétanos et la diphtérie ? Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, dit réfléchir "à rendre obligatoire les onze vaccins pour une durée limitée qui pourrait être de cinq à dix ans", dans une interview accordée au Parisien.

Aujourd'hui, en France, seuls trois vaccins sont obligatoires (polio, tétanos et diphtérie). La liste de la ministre de la Santé comprendrait en plus les vaccins seulement recommandés : coqueluche, hépatite B, rougeole, oreillons, rubéole, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque et méningocoque C.

La vaccination est "un enjeu de solidarité"

Si Agnès Buzyn affirme "[détester] la coercition  […], il y a des fois où l'obligation est une bonne chose pour permettre à la société d'évoluer." Et elle met en avant une situation "d'urgence" pour expliquer la mise en place d'une telle obligation.

Cette décision répondrait à "un vrai problème de santé publique", selon Agnès Buzyn. "Aujourd'hui, en France, la rougeole réapparaît.  Il n'est pas tolérable que des enfants en meurent", justifie-t-elle. La France emboîterait ainsi le pas de l'Italie qui, fin mai, a rendu obligatoire douze vaccins pour tous les enfants en crèche ou en maternelle.

Au-delà d'instaurer une obligation de vaccination, il faut surtout "faire œuvre de pédagogie", en expliquant, par exemple, en quoi les vaccins sont importants. "La vaccination, ce n'est pas seulement l'intérêt qu'on y trouve soi-même, c'est un enjeu de solidarité, une façon de protéger l'ensemble de la société", justifie encore Agnès Buzyn.

Litre notre enquête : L'insoluble équations des v accins

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus