L'Usine Campus

L'Usine Campus

La Fonte Ardennaise ajoute un nouveau métier à sa panoplie

Par  - Publié le
Sidérurgie
© D.R.

En inaugurant une nouvelle ligne de traitement cataphorèse, la Fonte Ardennaise est désormais la seule à intégrer une chaîne logistique allant de la conception à la livraison du produit final via la fonderie, l'usinage, le moulage et le traitement de surface.

Implantée depuis 1927 à Vivier-au-Court (Ardennes), La Fonte Ardennaise, dont la capacité de production annuelle est de 130 000 tonnes de fonte, reste fidèle à ses principes malgré un contexte difficile. A savoir : prospérer grâce à une stratégie de développement savamment étudiée. L’entreprise vient de se doter d'une nouvelle activité de traitement de surface par cataphorèse dans ses bâtiments de Vivier-au-Court.

Ce fleuron de la métallurgie nationale emploie 750 salariés sur ses huit sites ardennais de Vivier-au-Court, Vrigne-aux-Bois et Haybes, 80 employés dans la Société Electromécanique Diversifiée (SED) à La Flèche (Sarthe), 250 salariés chez AFC à Redon (Ille-et-Vilaine), 25 en Serbie et 50 en Espagne.

Une chaîne ouverte à la sous-traitance

"Ce métier supplémentaire, complément logique de la fonderie et de l'usinage, nous permet de réintégrer de la valeur ajoutée et de compléter l'offre de services auprès de notre clientèle. Un avantage indéniable par rapport à la concurrence. Disposant de la seule unité de cataphorèse en Champagne-Ardenne, on va aussi pouvoir ouvrir cette nouvelle chaîne à la sous-traitance. Plusieurs sociétés nous ont déjà consultées. On peut, en effet, passer des pièces allant de 300 grammes à 30 kg", explique Nicolas Grosdidier.

2,2 millions d'euros ont été consacrés à cette opération exemplaire au niveau environnemental. "Les technologies auxquelles on a eu recours font qu'il n'y a aucun rejet liquide. Et comparativement à une peinture classique qui tient 40 heures, la cataphorèse, elle, résiste 400 heures au brouillard salin", ajoute le président du directoire.

La Fonte Ardennaise est dirigée et détenue à 100 % par la famille fondatrice Grosdidier. "Nous investissons tous les ans entre 6 à 8 % de notre chiffre d'affaires. C'est une constante et une nécessité pour éviter le vieillissement de nos équipements", souligne Nicolas Grosdidier.

Couvrant une gamme importante de métiers (fonte grise et GS, mécanique générale, usinage-montage, logistique, plasturgie et commerce international), La Fonte Ardennaise œuvre dans l'automobile, les véhicules industriels, les transmissions, les pompes et robinetteries, le chauffage, les compresseurs, les biens d'équipement, les travaux publics et les machines agricoles.

La Fonte Ardennaise possède un solide parc machines comprenant onze lignes de moulage "Disamatic" dernière génération et une centaine de machines à commandes numériques. Ce qui a permis à la PME ardennaise de réaliser l’an dernier un chiffre d'affaires de 178 millions d'euros, dont 50 % à l'exportation, en répondant à tout type de demandes en petite, moyenne ou grande série pour des pièces moulées.

Pascal Remy
 

Imprimer

La fiche LA FONTE ARDENNAISE à VIVIER-AU-COURT avec Industrie Explorer

lieu

TOUT SAVOIR SUR...
Ses investissements, ses actualités, ses dirigeants, sa production...

Voir la fiche

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les thèmes de L'Usine Campus

Identifiez-vous