La FIM et le Cetim s’engagent pour l’industrie durable

Par  - Publié le
Mécanique
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

La fédération des industries mécaniques (FIM) et le Cetim mettent en avant les solutions apportées par leur industrie en faveur du développement durable.

"Je suis d’une génération marquée par l’écologie, reconnaît Jérôme Frantz. Quand nous avons pris la direction de nos entreprises, nous avons décidé de pas léguer une terre poubelle à nos enfants". Le président de la fédération des industries mécaniques (FIM) apporte sa force de conviction pour démontrer les efforts réalisés pour développer une industrie durable. "Les efforts de R&D de notre industrie pour le développement durable représentent 5 millions d’euros par an", complète Michel Laroche, président du Cetim.

Les industries mécaniques travaillent sur quatre axes : la réduction de la consommation d’eau et d’énergie, des émissions polluantes, de l’impact des produits sur l’environnement et le développement des énergies renouvelables. Sans l’industrie mécanique, pas d’éoliennes ! Le Cetim et l’École supérieure des arts et métiers (Ensam) ont mis au point la méthode d’éco-conception Maieco. Elle est intégrée par l’Union de normalisation de la mécanique (UNM) dans la norme d’éco-conception des produits mécaniques NF E 01-005 et devrait être adoptée prochainement comme norme européenne.

Avec son aide, les fours Bourgeois ont développé un nouveau modèle. À la clé, une réduction de la masse du four de 10 % et de sa consommation de 35 %, avec un taux de recyclage supérieur à 90 %.

Autre développement concret réalisé par le Cetim en partenariat avec la société SFH, une presse capable de traiter les boues d’usinage, transformées en galettes de métal et en huile recyclables. Un gisement évalué à 30 000 tonnes par an.

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous