Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

La filière porcine n’échappe pas à l’association L214

Cédric Soares ,

Publié le

Nouvelle vidéo tournée dans un abattoir par l’association L214. Pour la première fois les images concernent la filière porcine.

La filière porcine n’échappe pas à l’association L214 © association L214

Le spectre de l’association L214 s’abat sur la filière porcine. L’association, militant contre la consommation de viande, a mis en ligne vendredi 17 février, de nouvelles vidéos. Les pratiques de nombreux abattoirs bovins, notamment à Limoges (Haute-Vienne), Pézenas (Hérault) et Puget-Théniers (Alpes-Maritimes), ont déjà été dénoncées par ce biais. Pour la première fois  un abattoir de porcin, en l’occurrence celui de Houdan (Yvelines), est mis en cause.

La vidéo ne permet pas de contrôler les pratiques dans les abbatoirs

L’association L214 déclare, dans son communiqué de presse, avoir tournée la vidéo entre fin novembre et début décembre 2016. Sur les images, un employé de l’abattoir frape violemment les animaux à coups de pieds et de rame en plastique et fait un usage répété d’un aiguillon électrique.

L’abattoir a fait l’objet d’un contrôle de la DPP (Direction Départementale de la Protection des Population) en avril 2016. Ce dernier serait resté selon l’association sans suite au vu de la vidéo. Le site a également été l’un des premiers à installer des caméras suite aux premières vidéos de l’association. Pour Brigitte Gothière, porte-parole de l’association "Tant que les vidéos resteront en circuit fermé au sein des abattoirs, il ne faut pas espérer que ce dispositif permette un contrôle efficace".

Attention, certains passages de la vidéo pourraient heurter les personnes sensibles

 

Les filières professionnelles se sont saisies du bien-être animal depuis plusieurs années

Contactés par téléphone, les responsable des filières de la viande porcine et de l’abattage s’accordent à dire que la vidéo surveillance ne représente pas une fin en soi. "La vidéo surveillance est prise pour un manque de confiance de la part des salariés qui se sentent fragilisés." affirme Paul Rouch délégué général du syndicat Culture viande.

Ces organisations professionnelles se sont saisies du bien-être animal depuis maintenant plusieurs années. "Une bonne viande est obtenue grâce à un animal qui n’a pas été stressé", confie Paul Rouch. Le sujet passe par une conception adaptée des abattoirs et une bonne formation du personnel. "On œuvre pour qu’il y ait de bonne pratiques", affirme Didier Delzescaux directeur de l’Inaporc (interprofession national porcine). Pour le délégué général de Culture viande l’action passe par "la formation, l’information et l’analyse de l’outil".

Culture viande dispense une formations spécifique à la protection animale sanctionnée par un certificat d’aptitudes. 6000 ont déjà été délivrés en France. D’après le syndicat, entre 10 et 35 opérateurs par abattoir ont validé ce certificat.

Les différents scandales soulevés par les vidéos ont interpellé le législateur. Une commission d’enquête parlementaire a remis un rapport à l’Assemblé nationale en septembre 2016. Ce dernier regroupe 65 propositions couvrant cinq thématiques : l’évolution des règles, le développement des contrôle et la transparence, le renforcement de la formation, l’amélioration des pratiques d’abattage et la modernisation des équipements. Culture viande et l’Inaporc ont été auditionnés et leurs travaux versés à la commission. En janvier, les députés ont voté en première lecture la loi "relative au respect de l’animal en abattoir". 

Réagir à cet article

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus