L'Usine de l'Energie

L’Energie, c’est aussi l’affaire de l’industrie. Pour comprendre les enjeux de la transition énergétique, suivre le développement des énergies renouvelables, décrypter les politiques environnementales et mesurer l’impact de ces changements sur la compétitivité des usines, L'Usine Nouvelle donne la parole aux industriels. Solaire, éolien, gaz de schiste, nucléaire, hydrogène, pétrole, charbon, biomasse, énergies offshores, isolation des bâtiments… toutes les énergies et les sujets seront traités par nos journalistes et notre réseau d’experts.
 

L'Usine de l'Energie

La douceur du début de l’hiver 2011 fait fondre les résultats de RTE

Par  - Publié le
Electricité
© RTE

Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité français a publié le 20 février ses résultats financiers pour l’année 2011. La clémence du climat a fait chuter la consommation d’électricité, les résultats de RTE ont suivi le même chemin.

Les records de consommation d’électricité enregistrés lors de la vague de froid qui a glacé l’Europe ces dernières semaines ont pu faire oublier la douceur de l’année 2011. Celle-ci revient en force dans les résultats financiers de RTE, présentés le 20 février. L’opérateur du réseau électrique haute-tension français, filiale d’EDF, affiche un résultat net en baisse de 28%, à 266 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires en retrait de 4%, à 4,2 milliards.

La faute au climat, "d’une douceur exceptionnelle en 2011, à l’inverse de l’année 2010 particulièrement rigoureuse", rappelle RTE dans un communiqué. La prédominance du chauffage électrique en France entraîne une forte thermo-sensibilité de la consommation d’électricité : 1 degré en moins et c’est 2300 mégawatts en plus demandés par les convecteurs et autres panneaux rayonnants du pays, soit deux fois les besoins de la ville de Marseille.

Mais cette arithmétique est à double sens : les températures plus élevées de l’année 2011 ont fait chuter la consommation nationale d’électricité de 6,8% par rapport à 2010. Pour RTE, entreprise régulée dont les revenus sont directement liés à la quantité d’électricité qu’elle transporte, les conséquences d’un climat clément sur les résultats sont mécaniques. Elles auront cependant été atténuées par l’augmentation du tarif d’accès au réseau de +2,56% intervenue au 1er août 2011.

La montée en puissance des projets d’interconnexions internationales, dont la ligne France-Espagne, la préparation de l’arrivée de nouveaux moyens de production, ainsi que le renouvellement et l’optimisation du réseau existant ont fait grimper les investissements de plus de 14%, à 1,18 milliard d’euros. Des montants élevés, dont RTE voit l’effet dans la qualité de l’électricité transportée sur son réseau : le temps de coupure moyen des clients de RTE est à son plus bas niveau historique, à 2 minutes et 4 secondes tous événements confondus.
 

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous