Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

La Chine et les Etats-Unis tirent la consommation de vins de Bordeaux

Ludovic Dupin

Publié le

Avec une stratégie de montée de gamme, le Bordeaux a perdu des parts de marché en Europe. Mais les bonnes performances en Chine et aux Etats-Unis ont partiellement compensé ce recul.

La Chine et les Etats-Unis tirent la consommation de vins de Bordeaux

Le Comité interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB) présente un bilan positif de l’année 2016. Protégée par des conditions climatiques favorables et portée par "l’été indien pour parfaire la maturité" des vins, le président Allan Sichel annonce une production de 5,8 millions d’hectolitres en hausse de 9 % par rapport à 2015. En revanche, seuls 4,73 millions d’hectolitres, soit 630 millions de bouteilles, ont été vendus. Cela représente une valeur de 3,65 milliards d’euros, en baisse de 3%.

53 % des ventes se sont faites en France et 47 % à l’export. Pour ce second segment, deux pays se distinguent par de très fortes progressions de consommation. La Chine, qui est le 1er marché en volume, a consommé 553 000 d’hectolitres, soit 74 millions de bouteilles, en croissance de 16 % par rapporte à 2015. Le second est les Etats-Unis, 3éme pays en volume, avec 189 000 d’hectolitres et 25 millions de bouteilles, en croissance de 6 %.

Monter en gamme

En revanche, les volumes européens sont en recul : -10 % en Belgique (2e pays en volume), -10 % au Royaume-Uni, -18 % en Allemagne, -4 % au Pays-Bas, -6 % en Suisse… Selon le CIVB, la raison en revient à un changement de stratégie de la plus grande région viticole française. En 2008, celle-ci à décidé de diminuer la production de vins basiques (moins de 5 euros) pour s’orienter vers les gammes moyennes (entre 5 et 15 euros). En 2016, les bouteilles à moins de 3 euros comptaient pour 17 % des ventes, contre 41 % en 2007.

Dans le même temps, "les Italiens et les Espagnols ont fourni de gros volumes de vins à bas prix sur le marché européen", explique Allan Sichel. "Le Bordeaux ne sait pas être concurrentiel sur ce segment", ajoute-t-il. Le nouveau plan stratégique "Bordeaux, ambition 2025" va être de gagner des parts de marché sur le segment intermédiaire entre 5 et 15 euros.

Réagir à cet article

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus