L'usine de traitement de déchets de Fos-sur-Mer confirmée, mais transformée

Par  - Publié le

Investissement

Les promesses électorales ne tiennent que le temps des campagnes. L'an dernier, dans la bataille des municipales de Marseille, Jean-Noël Guérini, président du Conseil général et adversaire socialiste de Jean-Claude Gaudin, avait promis un moratoire sur la future usine de traitement de déchets de la Communauté Urbaine de Marseille. A l'époque, il se refusait à l'intégrer dans le plan départemental de gestion des déchets des Bouches-du-Rhône. La construction était pourtant déjà trop avancée à Fos-sur-Mer pour laisser imaginer un retour en arrière. L'élection d'un de ses plus proches collaborateurs à la tête de la CUM, Eugène Caselli, n'aura pas permis de tenir longtemps cette position à laquelle seuls les élus de Ouest Provence, territoire d'implantation de l'équipement, opposés à sa réalisation, semblaient croire.

Un audit ayant évalué que le dédit à verser à la société Ouest Provence, filiale du groupe espagnol Urbaser, en cas d'arrêt du projet, avoisinerait les 500 millions d'euros, la majorité de la CUM a approuvé, gauche et droite votant dans le même sens (à 8 voix contre et 7 abstentions près), le principe d'un achèvement du chantier. Mais avec d'importantes modifications du projet.

Le dossier, soutenu par l'ancienne majorité, prévoyait initialement une capacité de 410 000 tonnes, 300 000 tonnes pour l'incinération et 110 000 tonnes en méthanisation. Pour mettre en service l'usine, EVERE, confirmé dans sa délégation de service public, devra investir 60 millions d'euros dans une nouvelle ligne destinée à doubler la capacité de méthanisation et à réduire à 250 000 tonnes la part de l'incinération.

La solution dite « de compromis » ne satisfait évidemment ni la population, ni les élus de Ouest Provence, qui ont manifesté pendant les débats. Ils se disent prêts à aller en justice pour stopper un projet dont le coût désormais atteint 460 millions d'euros au lieu des 310 millions d'euros encore évoqués il y a un an. Les multiples recours et rebondissements de son histoire ayant rallongé son échéancier, le site devrait désormais ouvrir au printemps 2010.

De notre correspondant en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Jean-Christophe Barla

L'édition 2008-2009 de « L'ATLAS DES USINES » est parue. Ce hors-série annuel de « L'Usine Nouvelle » propose le classement de 3 785 sites de production de plus de 85 salariés implantés en France. Il est en vente à notre librairie. Pour le commander en ligne, cliquez ici.
Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous