Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

L’usine de café Carte Noire à Lavérune connaît un second souffle

Gaëlle Fleitour , , ,

Publié le

Propriétaire depuis un an de la marque française Carte Noire, le groupe familial italien Lavazza a investi 16 millions d’euros pour faire de l’usine de Lavérune (Hérault), un site d’excellence du café "made in France".

L’usine de café Carte Noire à Lavérune connaît un second souffle © Lavazza

A Lavérune, près de Montpellier (Hérault), l’usine de Carte Noire connaît un nouveau souffle. Il y a un peu plus d’un an, en mars 2016, ce site de production et la célèbre marque hexagonale, numéro un en France du café vendu en grandes surfaces, étaient repris pour 700 millions d’euros par le fabricant italien de café Lavazza, détenu et dirigé par la famille éponyme. Après une trentaine d’années passées dans le géant agroalimentaire Mondelez (ex Kraft Foods), les salariés de l’usine craignaient d’être croqués par un fonds d'investissement, ou d’être délaissés par Lavazza. Mais le nouvel actionnaire italien a tenu ses promesses : faire de Lavérune le site vitrine de Carte Noire et du "made in France". Il y a déjà investi 16 millions d’euros, avec notamment un nouvel équipement de mouture et de torréfaction plus flexible.

Le site s’est focalisé sur la production de trois des quatre types de café vendus par la marque : sur les 28 000 tonnes produites ici chaque année, 21 000 sont dédiées aux paquets de café moulu de 250 grammes (l’activité historique du site, qui représente encore trois quarts des ventes de Carte Noire mais pâtit d’un marché en chute de 5 %), 6 000 aux dosettes souples pour les machines type Senseo grâce à trois lignes de production rapatriées d’un site de République Tchèque et modernisées, et une nouvelle machine à haute capacité installée par Lavazza. Sans compter les 800 à 1 000 tonnes de café en capsules compatibles Nespresso, lancées en novembre, dont les volumes sont en croissance.

Historiquement, le site employait 164 salariés, contre 133 désormais, et produisait 45 000 tonnes de café. Mais cinq lignes de production, dédiées aux marques Grand-mère et Jacques Vabre, non comprises dans le rachat et désormais dans le giron du géant JDE (né de la fusion en 2015 de l’activité café de Mondelez avec le groupe D.E. Master Blenders), ont été récemment délocalisées à l’étranger. "Nous produisons certes moins de volume de café mais beaucoup plus de pièces avec les dosettes souples et les capsules" (vendues plus cher et dont le marché progresse de 10 %, ndlr), explique le directeur de l’usine, Philippe Maillard. Le millier de tonnes de café en grains de Carte Noire, qui requiert une technologie encore différente, reste pour l’instant fabriqué par un sous-traitant dans le nord de la France.

Le contrôle qualité renforcé

A Lavérune, où règnent d’agréables arômes de café, Lavazza a imposé sa patte et transmis son expertise industrielle issue de ses deux sites italiens et 122 années d’histoire. Les deux salariés du contrôle qualité ont été formés à Turin, pour être capables de déguster eux-mêmes la matière première, le café vert, lors de sa réception dans l’usine, une étape jusqu’ici centralisée par Mondelez en Allemagne. Ils le regoûteront ensuite à l’issue du processus de production. Si le choix des fournisseurs et la R&D de Carte Noire sont contrôlés par Lavazza, une équipe de 160 personnes - en provenance de Mondelez - a été constituée à Boulogne (Hauts de Seine) pour assurer toutes les autres fonctions (commercial, marketing, finances…) et rendre la marque française autonome, avec son propre directeur général, Vincent Flouquet.

Encore vendue à plus de 95 % dans l’Hexagone, Carte Noire saura-t-elle conquérir d’autres marchés ? Le vice-président du groupe, Giuseppe Lavazza, ne l’exclut pas. "Nous avons investi dans un bijou", assure-t-il. Cette marque haut de gamme vendue en grande distribution est complémentaire de Lavazza qui est principalement commercialisée dans les cafés et restaurants (elle est le numéro un sur ce segment en France). Depuis peu, les nouvelles capsules Carte Noire se sont d’ailleurs invitées dans les supermarchés italiens. Le Français permet désormais au groupe Lavazza de réaliser 20 % de ses ventes (de 1,9 milliard d’euros en 2016) dans l’Hexagone, devenue son deuxième marché au monde derrière l’Italie. Et d’ambitionner des ventes de 2,2 milliards d’euros en 2020, à 70 % hors d’Italie.

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus