L’industrie pharmaceutique mondiale souffrira jusqu’en 2015

Par  - Publié le
Médicaments
© Gatis Gribusts - Flickr - C.C

Une étude publiée par l‘agence de notation Fitch Ratings prévoit une perte de rentabilité impactant l’ensemble des acteurs de la filière à moyen terme.

La 'falaise des brevets' n’a pas fini de rogner les bénéfices des mastodontes de l’industrie pharmaceutique. Selon l’étude "Global Pharmaceuticals Companies : Rocky Road to Recovery" présentée par l'agence Fitch Ratings le 20 novembre, si cette industrie s’était habituée à une forte croissance dans les années 1990, 2012 et 2013 devraient faire office d’oiseaux de mauvais augure, marquant au fer rouge le secteur jusqu’en 2015.

"C’est une industrie mature qui ne dégagera probablement plus jamais autant de croissance qu’avant, même si elle reste génératrice de cash", prévient Michael J. Zbinovec, senior analyst chez Fitch Ratings, co-auteur de l’étude. « La tendance est négative pour les perspectives de marges, la croissance n’atteindra plus les 6 % régulièrement constatés avant la ‘falaise des brevets’».

La perte des brevets des médicaments dits 'blockbusters' en 2011 et 2012 conjuguée à des politiques publiques de santé de plus en plus contraignantes et des marchés exsangues aux Etats-Unis en en Europe sont des facteurs de baisse pour la croissance des laboratoires pharmaceutiques en 2012 et 2013, décrit Fitch dans son rapport.

Et d'annoncer quelles seront les laboratoires les plus "sous pression" dans les années à venir : les américains Bristol-Myers Squibb (BMS) et Eli Lilly, et le britannique AstraZeneca, qui devraient enregistrer les plus fortes baisses de ventes en 2012, à plus de 10 %.

Les marchés émergents, porteurs de croissance

Parmi les pistes suggérées par l’agence de notation financière pour enrayer une baisse des ventes généralisée dans le secteur, les investissements dans les marchés émergents. Le Brésil, la Chine, l’Inde, le Mexique, la Turquie, la Corée du Sud et la Russie représenteront à eux seuls 30 % du marché mondial des médicaments en 2016 quand les marchés développés, eux, compteront pour seulement 57 % d’ici à 2016 (contre 66 % en 2011), selon IMS Health, spécialisé dans le conseil pour les industries du médicament.

Selon Fitch, l’allemand Bayer, le français Sanofi et l’américain Abbott sont les entreprises les mieux positionnées actuellement sur les marchés émergents.

Des fusions-acquisitions plus petites et ciblées

L’époque des rapprochements de mastodontes comme Pfizer/Wyeth et Merck/Schering-Plough en 2009, ou Sanofi/Aventis en 2004, est révolue d’après Britta Holt, analyste chez Fitch Ratings, co-auteure de l’étude. Pour ne pas subir de plein fouet les conséquences de la ‘falaise des brevets’, les majors doivent miser sur des acquisitions modestes mais stratégiques, en particulier dans les biotechs.

Le rachat de Genzyme par Sanofi en 2011 est cité en exemple, ayant permis au groupe français de renforcer son pipeline R&D et de se conforter sur ce créneau à court et moyen terme.    

Les investissements dans le secteur des génériques est également présenté comme excellent relais de croissance par Fitch, notamment sur les marchés émergents. Les médicaments génériques de marque y représenteront 65 % de parts de marché en 2016 (contre 57 % en 2011), d’après les chiffres d’IMS Health.

L'horizon 2015 est celui fixé par Fitch pour une "guérison" du secteur pharmaceutique mondial. La 'falaise des brevets' sera achevée, et les grands laboratoires pourront bénéficier d'un éventail de médicaments nouveaux prêts à être lancés ou d'ores et déjà générateurs de profit. L'implantation dans les marchés émergents bénéficiera également aux majors afin de retrouver des taux de croissance et des marges confortables.

Les restructurations plébiscitées
L’étude de Fitch Ratings tombe à pic pour les laboratoires pharmaceutiques en pleine restructuration, et notamment le français Sanofi, qui prévoit 900 suppressions de postes dans ses départements R&D d’ici à 2015. L’agence de notation financière préconise en effet des "initiatives de restructuration, et notamment des effectifs R&D" afin de combattre la pression du marché.

 

Fitch - Global Pharmaceuticals Companies - 20 Novembre 2012

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous