Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’impression 3D du métal gagne du terrain en France

Frédéric Parisot ,

Publié le

L’école Grenoble INP inaugure aujourd’hui une machine de fabrication additive à technologie EBM (Electron Beam Melting). La quatrième en France, la première en milieu universitaire.

L’impression 3D du métal gagne du terrain en France © Grenoble INP

L’impression 3D de pièces métalliques monte en puissance en France. Ce lundi 8 avril, l’école Grenoble INP inaugure sa première machine de fabrication additive par faisceau d’électrons. Une technologie appelée EBM, pour "Electron Beam Melting", et qui consiste à souder une forme par fusion dans un lit de poudre métallique grâce à l’action d’un faisceau d’électron. Jusqu’à présent, la fabrication additive de pièces métalliques s’effectuait principalement par l’action d’un laser. Mais le faisceau d’électrons, plus puissant que le laser, permet d’obtenir des pièces nettement plus rapidement. L’arrivée de cette machine devrait favoriser l’utilisation de matériaux "architecturés" dans l’industrie.

De plus en plus utilisés dans des secteurs comme le spatial ou le médical, les matériaux architecturés sont une catégorie d’objets dont les formes s’inspirent de certaines structures microscopiques (organisations en cellules, en alvéoles, en enchevêtrements ou encore en strates). Ils permettent des résistances élevées dans certaines directions, avec la quantité de matière juste nécessaire. "Ce sont des formes que l’on ne pourrait pas obtenir par des procédés classiques, et qui intéressent de nombreuses entreprises innovantes", commente Frédéric Vignat, enseignant-chercheur en systèmes de production au laboratoire G-Scop de Grenoble INP. Pour ces applications d’un genre nouveau, l’école a fait le choix de se concentrer dans un premier temps sur les pièces en alliage de titane.

Une machine universitaire pour les industriels

Plus qu’un simple outil pédagogique, la machine EBM de Grenoble INP servira à des travaux de recherche en partenariat avec des industriels. Les chercheurs des laboratoires G-Scop (Sciences pour la conception, l’optimisation et la production) et Simap (Science et ingénierie des matériaux et procédés) accompagneront ces industriels dans la conception de matériaux architecturés et la validation des procédés de fabrication.

"Cette machine est la quatrième de ce type en France, mais c’est surtout la première en milieu universitaire", souligne Frédéric Vignat. L’investissement, de l’ordre de 600 000 euros, a été financé par la région Rhône-Alpes, le Centre d’excellence sur les matériaux architecturés multifonctionnels (CEMAM), Grenoble INP, l’AIP Priméca et le Groupement d’intérêt scientifique sur les matériaux architecturés commun à l’INSA de Lyon et Grenoble INP.

Frédéric Parisot

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus