Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'extraction de sable coquillier stoppée dans la baie de Lannion

Publié le

La Compagnie armoricaine de navigation (CAN) suspend l'extraction de sable coquillier au large des côtes du littoral proche de Lannion (Côtes-d'Armor). Les associations de défense de l'environnement s'en réjouissent et veulent maintenant obtenir l'annulation auprès du Conseil d'Etat de l'autorisation d'exploitation délivrée en 2015 par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron.

L'extraction de sable coquillier stoppée dans la baie de Lannion
La Compagnie armoricaine de navigation (CAN) suspend l'extraction de sable coquillier au large des côtes du littoral proche de Lannion (Côtes-d'Armor).
© Roullier

Ambiance tendue à Lannion (Côtes-d'Armor) et dans les stations balnéaires qui bordent la côte de granit rose. Elus et associations de défense de l'environnement veulent faire stopper l'autorisation d'extraction de sable coquillier obtenue en 2015 par la Compagnie armoricaine de navigation (CAN), une filiale du groupe d'agrofournitures Roullier, qui a son siège à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Pour apaiser la situation, la direction de l'armement vient d'annoncer qu'elle stoppait ses dragages de sable jusqu'à la fin du mois de novembre 2016, date du prochain comité de suivi de ce dossier sensible.

La semaine dernière, la CAN a extrait, de nuit et en deux fois, 2 000 tonnes de sable coquillier. Ce qui a déclenché la désapprobation des élus locaux et des associations de défense de l'environnement. 4 000 personnes ont manifesté le week-end dernier à Lannion. "La CAN stoppe désormais son projet. On s'en réjouit, mais ce qu'on lui demande c'est de l'abandonner totalement", indique Alain Bidal, le président de l'association Peuple des dunes à la tête du mouvement de protestation.

La Compagnie armoricaine de navigation considère qu'il est dans son bon droit et précise dans un communiqué que "l'exploitation de la zone de la concession de Pointe d'Armor a été autorisée par une décision du tribunal administratif de Rennes consolidant les autorisations délivrées le 1er décembre 2015".

Ségolène Royal prend fait et cause pour Peuple des dunes

Peuple des dunes n'entend pas en rester là et mise sur un prochain jugement du Conseil d'Etat pour annuler l'ensemble des autorisations publiques pourtant signées en 2015 de la main d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie en charge des affaires minières. Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, a pris fait et cause pour les défenseurs de l'environnement, elle a donc diligenté le 12 septembre une inspection pour déterminer si la CAN a bien réalisé ses deux extractions dans le strict respect des décrets préfectoraux.

La Compagnie armoricaine de navigation exploite deux bateaux qui draguent notamment le sable coquillier utilisé par les agriculteurs comme fertilisants naturels. Il est prévu que les navires puissent extraire 50 000 tonnes de sable la première année puis 100 000 tonnes par an dans la dune sous-marine de la Pointe d'Armor située à moins d'une dizaine de kilomètres des côtes. La durée d'exploitation de la concession est de 15 ans. En contrepartie, l'entreprise verse une redevance. Le gisement est important puisqu'il est évalué à 186 millions de mètres cubes, situés à 35 mètres de fond. "Mais, constate encore le président de Peuple des dunes, les pêcheurs nous ont indiqué que depuis les deux premières extractions, le poisson est nettement moins abondant. Il a fui compte-tenu du bruit provoqué par le dragage".

Stanislas du Guerny

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus