L'Usine de l'Aéro

Montée des cadences de production des grands programmes aéronautiques, émergence de nouveaux acteurs, intégration des technologies numériques, relations entres les sous-traitants et les donneurs d’ordre : le secteur aéronautique ne manque pas de défis. La mission de ce site ? Décrypter les stratégies des grands avionneurs que sont Airbus et Boeing, comprendre la montée en puissance d’acteurs comme Comac, Bombardier, Embraer et Sukoi, scruter l’émergence de nouvelles tendances (des drones aux solutions numériques) et analyser la bataille des motoristes (Safran, Rolls-Royce, Pratt & Whitney, General Electric).

 

 

L'Usine de l'Aéro

L'exosquelette made in France roule des mécaniques à Eurosatory 2012

Par  - Publié le
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Exosquelette Hercule
© D.R.

  La PME spécialiste de la mécatronique  rb3d et le CEA List ont conçu un exosquelette qui permet de porter jusqu'à 40 kg de charges sans efforts. Ils ont misés sur des actionneurs électriques alors que les systèmes américains sont hydrauliques.

C'est l'une des démonstrations les plus bluffantes du salon Eurosatory dédié aux équipements et technologies militaires. Sur le stand de la DGA (direction générale de l'armement), une soldate marche d'un pas légèrement emprunté et soulève comme une fleur une caisse de 15 kg. Elle la transporte sans la moindre difficulté et ne grimace alors que la démonstration dure. Comment ? L'exosquelette qu'elle a endossé, fait l'effort à sa place.

"Il est présenté pour la première fois complet : jambes et bras à la fois. Les jambes exercent un effort vertical et transmettent le poids que vous portez au sol", explique Yann Perrot, chef du laboratoire de robotique interactive du CEA List. Une fois finalisée, la structure métallique composée de bras, de jambes et d'un dos mécaniques devrait permettre au soldat de pouvoir porter jusqu'au 40 Kg (puis 100 kg à terme) pendant 5 heures sans fatigue à une vitesse de 4 km/heure. L'exosquelette baptisé Hercule détecte automatiquement les mouvements de l'utilisateur et ne nécessite aucun contrôle radio extérieur, ni la mise en place de capteurs.

Hercule est le fruit d'un partenariat entre une PME auxerroise spécialisée dans la mécatronique RB3D, le laboratoire de recherche du CEA Liste spécialisée dans la robotique interactive et l'école d'ingénieurs ESME qui a conçu l'électronique embarquée. Cette innovation a bénéficié de financement de la part de la DGA.

Les jambes d'Hercule sont bourrées d'électronique et d'éléments mécaniques, le tout piloté par des logiciels complexes. Mais la différence la plus importante avec les produits américains ne se voit pas : la gestion de l'énergie. « Nous nous appuyons sur des actionneurs électriques et non hydrauliques. Cela offre un rendement 4 à 5 fois supérieur» explique le chercheur. Il faudra compter environ 20000 euros par équipements.

Des applications civiles sont envisagées notamment dans le bâtiment pour le transport de charge lourde mais également dans les secteurs médical, la sécurité et la logistique...

L'exosquelette Hercule, de la conception aux premiers pas
Démonstration en vidéo

Imprimer

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Les auteurs 

Olivier James
Journaliste aéronautique 

Olivier suit le secteur aéronautique pour L'Usine Nouvelle depuis 2013. Titulaire d’une maitrise de Physique et du diplôme de journaliste et scientifique de l’ESJ Lille, il suivait avant pour le magazine les secteurs de la chimie et de la construction.

Suivez-le sur Twitter @olivjames

Contactez le par mail 

 

Hassan Meddah

Journaliste aéronautique, défense et espace

Titulaire d’une maitrise de Physique et du diplôme de journaliste et scientifique de l’ESJ Lille, Hassan suit les secteurs industriels de l’aéronautique, de la défense et de l’espace pour L’Usine Nouvelle depuis 2009

 

 

L'Aéro en images

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle qui remonte au moyen âge. Costumes, couleurs, masques, défilés sont au rendez-vous de cette manifestation qui a débuté il y a quelques jours.   

Voir la galerie

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

  A Argenteuil (Val d’Oise), la société d'exploitation des matériels Martin Baker (SEMMB) filiale à 50-50 du fabricant britannique Martin Barker Aircraft et du français Safran, fabrique les sièges du Rafale et de l’ensemble des avions de combats de l’Armée française. La société, qui a produit en décembre dernier son 250e siège pour l'avion de combat tricolore, a réalisé un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros en 2015. Il faut à peu près 200 heures pour fabriquer un exemplaire de ce siège éjectable. Depuis leur production en 1961, ils ont sauvé la vie de près de 700 pilotes, indique le fabricant.  

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

Du 2 au 18 décembre 2015, le   Trilateral Exercise Initiative (TEI) réunit à Langley (Etats-Unis), les armées de l'air américaine, britannique et française. Si le but premier de l'événement est bien une montée en compétence des pilotes, il faut avouer que cette rencontre dans le ciel américain produit des images exceptionnelles.   

Voir la galerie

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle

Les Rafale de l'armée de l'air française, les F22 Raptor de l'US Air Force et les Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force dans le ciel américain se sont livrés à une impressionnant ballet dans le ciel de Langley, aux Etats-Unis. Une chorégraphie organisée pour la première édition du Trilateral Exercise Initiative (TEI), qui a lieu du 2 au 18 décembre 2015. Les pilotes des trois nations ont commencé à se livrer à des missions simples.

Voir la galerie

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle

Diaporama : les Rafale sur la base aérienne de l'US Air Force de Langley

Six Rafale de l'armée de l'air française sont arrivés sur la base militaire américaine de Langley (Virginie). Objectif : un exercice trilatéral avec des F-22 Raptor de l'US Air Force et des Eurofighter de la Royal Air Force.L'exercice doit se terminer le 18 décembre.   

Voir la galerie

Diaporama : les Rafale sur la base aérienne de l'US Air Force de Langley
Voir tous les diaporamas "Aéronautique" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous