Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

L'aquitain i2S met au point le premier scanner 3D pour dentition

, , ,

Publié le

L'aquitain i2S met au point le premier scanner 3D pour dentition
Un millier de sondes Condor ont été commercialisées en un an.
© DR.

PME pessacaise (Gironde) fondée en 1979 par deux ingénieurs, Jean-Louis Blouin et Alain Ricros, i2S s’est illustré par plusieurs premières mondiales. Fabricant-distributeur de caméras industrielles et de systèmes de traitement d’images, la société a conçu, entre autres, les caméras de l’extrême qui ont permis de découvrir le "Titanic" en 1985, ou encore le scanner le plus rapide au monde, en 2006. Coté au second marché de la Bourse de Paris depuis 2007, i2S (68 salariés) réalise un chiffre d’affaires de 14,4 millions d’euros. Mais ces dernières années, le leader mondial du scanner patrimonial a connu quelques "trous d’air", qui l’ont amené à s’orienter vers de nouveaux marchés, ceux du biomédical, du contrôle industriel…

Il y a un an, i2S a ainsi mis au point, pour son partenaire, Condor, une sonde endobuccale de la taille d’une brosse à dents, capable de scanner en 3D et en couleur la dentition d’un patient. Utile pour réaliser des prothèses dentaires de plus grande fiabilité et diminuer le nombre de rendez-vous pour le patient. Ce projet a été labellisé par les pôles de compétitivité Eurobiomed, Cancerbiosanté, AerospaceValley et Route des Lasers, et soutenu par la région Aquitaine. i2S y a investi pas moins de 700 000 euros en recherche et développement.

Les résultats sont là. En un an, 1 000 sondes Condor ont été livrées. "À partir de 2018, nous visons 2 millions d’euros de chiffre d’affaires sur cette activité", annonce Jean-Louis Blouin. En plein renouveau, l’entreprise prévoit de consacrer, au cours des trois prochaines années, un budget de 4 millions d’euros pour développer de nouveaux produits connectés. Son objectif : "doubler le chiffre d’affaires d’ici à cinq ans".

Nicolas César

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus