L'Usine de l'Energie

L’Energie, c’est aussi l’affaire de l’industrie. Pour comprendre les enjeux de la transition énergétique, suivre le développement des énergies renouvelables, décrypter les politiques environnementales et mesurer l’impact de ces changements sur la compétitivité des usines, L'Usine Nouvelle donne la parole aux industriels. Solaire, éolien, gaz de schiste, nucléaire, hydrogène, pétrole, charbon, biomasse, énergies offshores, isolation des bâtiments… toutes les énergies et les sujets seront traités par nos journalistes et notre réseau d’experts.
 

L'Usine de l'Energie

L'ampoule à filament tire sa révérence

Par  - Publié le
ampolue à filament
© Flickr c.c. @NikonFilm35

Le 31 décembre 2012 marquera la fin de la commercialisation des derniers exemplaires d'ampoules à filament en Europe. Trop énergivores, elles ont progressivement été remplacées ces dernières années par des ampoules plus vertes : fluocompactes, halogènes ou encore LED.

Après plus d'un siècle de bons et loyaux services, l'ampoule à filament ne brillera plus en Europe. Le 31 décembre 2012 marquera en effet la fin de la commercialisation des derniers spécimens dans le continent.

Une paternité discutée

Si la première démonstration d'une ampoule électrique remonterait à 1838 et serait l'œuvre de l'Ecossais James Browman Lindsay, la paternité de l'ampoule à filament, ou lampe à incandescence classique, revient généralement au britannique Joseph Swan (1828-1914), qui déposa un brevet le 17 avril 1882.

Mais trois ans plus tôt, l'Américain Thomas Edison a réussi à produire un éclairage durable en faisant passer du courant à travers un filament carbone et dans une ampoule sous vide. Un brevet lui sera délivré le 27 janvier 1880. Finalement, Swan et Edison trouveront un terrain d'entente en créant en 1883 la "Edison & Swan United Electric Light Company".

Trop gourmande en énergie

Mais si, à l'époque, l'ampoule à filament révolutionne l'éclairage, elle reste terriblement énergivore et ce malgré le remplacement du carbone par un filament en tungstène à partir de 1909. En effet, ce type d'ampoule transforme seulement 5% de l'énergie en lumière, perdant le reste en chaleur. C'est pour cette raison que l'Union européenne a fixé en 2008 un calendrier pour bannir progressivement de la vente ces ampoules.

Pour la France, cela s'est traduit par le retrait, dans un premier temps, des ampoules de 100 watts en 2009, puis par celui des 60 watts en 2010 et des 40 watts en 2011. L'interdiction vise aujourd'hui les ampoules de 25 watts, qui devront avoir disparu des rayons le 31 décembre 2012.

Les ampoules à incandescence ont donc progressivement été remplacées par des lampes basse consommation, qui consomment entre 4 et 5 fois moins d'énergie et disposent d'une durée de vie 6 à 10 fois plus longues, comme l'explique la convention signée en 2008 entre l'Etat, les fabricants et les distributeurs.

La LED, avenir de l'éclairage

Selon une étude récente du cabinet Gfk, les lampes à incandescence ont représenté en 2012 10% du chiffre d'affaires des ampoules grand public en France (estimé à 422 millions d'euros) contre 45% en 2007 (marché estimé à 288 millions d'euros). Toujours selon Gfk, les halogènes représenteraient en 2012 près de la moitié du marché (46%) et les lampes fluocompactes, handicapées par un temps d'allumage plus long, un peu plus d'un tiers (36%). Les ampoules LED représentent quant à elles 8% du marché.

Mais si les halogènes représentent la progression la plus forte en termes de vente, leur bilan énergétique n'est pas fameux. Gfk rappelle ainsi qu'elles subiront bientôt le même sort que les ampoules à filament, avec un retrait progressif des rayons à partir de 2016. La LED devrait alors sortir son épingle du jeu. Selon une étude du cabinet McKinsey, elle passerait d'une part de marché de 12% au niveau mondial en 2012, à 63% en 2020.

Julien Bonnet

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous