Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Mot de passe oublié ?

L'Usine de la Santé

Analyser les enjeux de l’industrie pharmaceutique, avec des champions nationaux (Sanofi…) confrontés à la concurrence mondiale. Décrypter les réformes du système du médicament et les affaires qui peuvent secouer le secteur. Comprendre la mutation générée par l’arrivée des biotechs, medtechs (les fabricants de dispositifs médicaux) et des acteurs de la e-santé, Google en tête.
Mais aussi découvrir les pépites et tendances de la cosmétique, avec une filière française emmenée par le numéro un mondial L’Oréal. Vous apporter un éclairage différent, c’est l’ambition de L’Usine de la Santé.

med

Jean-Victor Meyers entre au conseil d’administration de L’Oréal

,

Publié le

[ACTUALISE] - Les actionnaires du groupe ont approuvé, mardi 17 avril, la nomination de petit-fils aîné de Liliane de Bettencourt.

Jean-Victor Meyers entre au conseil d’administration de L’Oréal © DR

A 25 ans seulement, Jean-Victor Meyers a arraché 97,6% des votes aux actionnaires du géant cosmétique. "Une bonne nouvelle" selon Jean-Paul Agon, le PDG du groupe.

En février déjà, il avait été coopté pour entrer au conseil en remplacement de sa grand-mère. Son mandat court sur quatre ans. Le mandat de Jean-Pierre Meyers, le gendre de Liliane Bettencourt a été renouvelé pour la même durée.

Jean-Paul Bulcke et Christiane Kuehne ont par ailleurs été nommés administrateurs en tant que représentants de Nestlé. Le groupe agroalimentaire est le deuxième actionnaire de L’Oréal avec 29,6% du capital.

Sanofi, trésor de guerre

A l'occasion de cette Assemblée générale, Jean-Paul Agon a également évoqué les 9% détenus par le groupe dans le géant pharmaceutique. "Notre participation dans Sanofi est une participation purement financière, il ne s'agit pas d'une participation stratégique. Ce n'est pas mauvais par les temps qui courent d'avoir une participation financière en réserve comme celle-là", a-t-il soutenu.

Puis répondant à un actionnaire quant à l'intérêt de conserver cet investissement, il a défendu : "S'il y a un jour de très belles acquisitions sur le marché, cela sera très utile pour L'Oréal d'avoir ce trésor de guerre qui pourra être utilisé sans fragiliser la situation financière de l'entreprise".

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle
Votre avis ?

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus