Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Incertitude autour de l'imprimerie de la Banque de France à Chamalières

, ,

Publié le

Alors que la Banque de France présente à la presse, mardi 24 novembre, sa toute dernière coupure de 20 euros, les syndicats auvergnats s'inquiètent d'un futur projet de transfert de l'imprimerie de billets de Chamalières à Vic-le Comte (Puy-de-Dôme). Explications.


Le projet est dans les cartons depuis déjà plusieurs mois. Mais il vient, une nouvelle fois, d'être repoussé à fin 2016. Le comité central d’entreprise (CCE) de la Banque de France, réuni récemment à Paris, a renvoyé à la fin de l'année prochaine la décision de transférer l’imprimerie de Chamalières à Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme), les deux sites de  fabrication et d'impression des billets en France.

"Il s'agit d'un investissement majeur pour la Banque de France, précise le directeur général de la fabrication des billets, Erick Lacourrège. Ce n'est pas une décision qui se prend à la légère. Les investissements à réaliser sont énormes. Ils dépassent les 100 millions d'euros." Pour les syndicats, la facture s'élèverait plutôt entre 200 et 250 millions d'euros, selon les scénarios. Car pour l'instant, l'avenir de l'imprimerie de la Banque de France - implantée à Chamalières et collée à Clermont depuis 1917 - n'est pas encore tranché.

Trois scénarios possibles

Plusieurs hypothèses sont à l'étude : la construction d’une nouvelle usine à Vic-le-Comte, à quelque 25 kilomètres au sud de l'actuelle imprimerie, et le transfert d’activités à l’horizon 2022, une restructuration lourde du site de Chamalières pour l’adapter aux normes de sûreté actuelles et aux exigences industrielles de rentabilité. Enfin troisième hypothèse - la moins probable - poursuivre le rythme actuel avec les seuls investissements inscrits au plan triennal avec l’idée de reposer la question du déménagement dans un délai de cinq à dix ans.

"Nous maintenons que l’option du déménagement à Vic-le-Comte est prise, depuis un moment déjà. Que la décision officielle soit intervenue en juin ou en octobre 2015 ou soit prise en décembre 2016 ne change rien", assure François Vaure de la CGT.

"En cas de transfert, l'activité et le nombre d'emplois ne seront pas touchés, promet Erick Lacourrège. Il s'agit simplement de déplacer l'imprimerie de 25 kilomètres sur un site qui serait totalement neuf." Cette option permettrait de réunir sur un même site la papeterie, l’imprimerie et le centre fiduciaire, un "hub fiduciaire" composé d’une base de convois, d'un pôle d’appui pour le tri, de la caisse du Puy-de-Dôme et d'un accueil des transporteurs de fonds.

La question de l'emploi

En outre, l’ensemble des machines serait rassemblé sur un même niveau. Il y aurait possibilité de mutualiser les ressources techniques "onéreuses", comme la sécurité ou la maintenance. Cela se traduirait par une amélioration très conséquente en termes d’empreinte environnementale.

"Nous avons précisé que la question de l’implantation n’est pas la priorité. La vraie question est celle du niveau d’activité, de l’emploi et du statut des salariés. Un transfert dans une usine neuve à Vic-le-Comte, de plain-pied, sans une augmentation des activités et du plan de charge, serait désastreux pour l’emploi", ajoute la CGT, qui continue de militer pour la création d'un billet de un euro.

En vingt ans, le nombre de salariés de la Banque de France en Auvergne est passé de 2000 à 930. Entre temps, la production de billets a été multipliée par deux.

Geneviève Colonna d'Istria

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus