IBM grille la politesse à Numergy et Cloudwatt

Par  - Publié le
PureSystems - IBM
© D.R. - IBM

Le géant américain de l’informatique devance les deux sociétés françaises en ouvrant un service de cloud computing public localisé à Montpellier. Ce centre, déjà opérationnel, reprend les services disponibles dans six autres centres d’IBM dans le monde. De quoi permettre à IBM d’accompagner ses clients dans leur développement en Europe et à l’international.

C'est la réplique d'IBM aux services de cloud français Numergy et CloudWatt. Montpellier, capitale du Languedoc-Roussillon, devient le septième centre du service "Smart Cloud Entreprise +" de Big Blue dans le monde aux côtés de ceux aux Etats-Unis (Raleigh et Boulder), au Canada, en Allemagne, à Singapour et au Japon.

Ce centre de cloud computing public reprend la même grille de services et tarifs que les six autres centres. "A la différence des nouveaux concurrents qui en sont encore au choix de leurs matériels et logiciels, nous avons un service déjà éprouvé ailleurs et qui fonctionne avec plusieurs clients", lance Christian Comtat, directeur du cloud computing chez IBM France.

Jusqu’ici, IBM fournissait ses services de Cloud public en France en s’appuyant surtout sur son centre "Smart Cloud Entreprise +" en Allemagne. En ouvrant le centre de Montpellier, il veut montrer que, lui aussi, peut offrir la localisation des données en France, l’un des principaux arguments justifiant la naissance de Numergy et Cloudwatt.

Concrètement, le service s’appuie sur le réseau de trois datacenters de Big Blue à Montpellier, qui offrent au total une superficie de 12000 m2. "Il a vocation à s’étendre vers une capacité virtuellement illimitée", assure Christian Comtat.

Le site de Montpellier fait partie d’un réseau d’une dizaine de datacenters d’IBM en France utilisés jusqu’ici exclusivement pour des services de cloud privé pour les entreprises exigeant une localisation des données en France. Cegid, premier éditeur français de logiciels ERP, a ainsi choisi de s’appuyer sur le service de cloud privé d’IBM pour proposer ses logiciels de gestion en ligne à près de 50 000 clients. Il a exigé que les données soient localisées en France.

Des ambitions discrètes

Depuis 2009, IBM affirme avoir investi 300  millions d’euros dans le cloud computing en France, soit plus que les 225 millions d’euros  alloués au capital de Numergy et Cloudwatt. Big Blue se différencie aussi par son implantation mondiale. "Nous pouvons accompagner les entreprises françaises dans leur développement en Europe et à l’international", remarque Christian Comtat.

L’offre comprend des services d’infrastructure (capacité de traitement et stockage) et de plateforme (outils de développement informatique). Elle est commercialisée directement par IBM et indirectement via des partenaires certifiés, quatre aujourd’hui et une dizaine à la fin de l’année.
 
IBM reste discret sur ses ambitions en France. Christian Comtat se contente de rappeler que le chiffre d’affaires d’IBM dans le coud computing a été multiplié par 3,4 entre 2010 et 2011 et que le groupe vise un chiffre d’affaires de plus de 7 milliards de dollars dans ce domaine dans le monde en 2015.

Imprimer

La fiche IBM FRANCE à MONTPELLIER avec Industrie Explorer

lieu

TOUT SAVOIR SUR...
Ses investissements, ses actualités, ses dirigeants, sa production...

Voir la fiche

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

1 réaction

deck614 | 19/10/2012 - 11H21

D'un coté, cela ressemble à "la Guerre des Gaules" (Jules César): les tribus gauloises se tirent la bourre, sans voir l'envahisseur qui les lamine finalement. Un grand classique de notre pays, qu'on désigne pudiquement sous le vocable de "balkanisation".

D'un autre coté, cela en dit long sur la confiance des stratèges US dans le potentiel de développement de notre économie franco-française, non ? Eux, ils y croient!

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous