Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Hewlett Packard Entreprise fait des acquisitions le moteur de sa contre-offensive

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Alors qu’il se prépare à se séparer de l’essentiel de ses services et de ses logiciels, Hewlett Packard Entreprise s’est lancé dans la croissance externe avec déjà cinq acquisitions ciblées. Et l’équipementier américain de datacenters compte poursuivre le mouvement pour conforter son positionnement sur ses trois priorités stratégiques : la mobilité, l’Internet des objets et le cloud hybride.

Hewlett Packard Entreprise fait des acquisitions le moteur de sa contre-offensive © HPE

C’est l’heure de la contre-offensive pour Hewlett Packard Entreprise (HPE). Né en novembre 2015 de la scission de HP, l’équipementier américain des datacenters s’est immédiatement engagé dans une stratégie de focalisation en se séparant de l’essentiel de ses services et de ses logiciels. Ses services d’infogérance vont fusionner avec Computer Science Corp pour créer en avril 2017 une nouvelle société baptisée DXC Technology. Ses logiciels vont rejoindre en septembre 2017 l’éditeur Micro Focus. HPE deviendra alors un groupe de 50 000 personnes dans le monde et 28 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel.

Avantage compétitif par la focalisation et l'agilité

« Le modèle des super acteurs de l’informatique d’hier est dépassé, affirme Gilles Thiebaut, directeur général de HPE France, l’une des cinq plus grande filiale du groupe au monde aux cotés de celles aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, de l’Allemagne et du Japon. Le marché réclame aujourd’hui des acteurs plus focalisés, plus agiles et plus visibles par les clients. Nous nous sommes focalisés pour aider les entreprises à mettre leur infrastructure informatique à l’heure de la mobilité, de l’Internet des objets et du cloud hybride, nos trois nouvelles priorités stratégiques. En ce faisant, nous prenons un avantage concurrentiel sur le marché de l’équipement des datacenters. »

Sans attendre la finalisation de la cession des services et logiciels, HPE s’est lancé dans une phase de croissance externe. Depuis l’été 2016, il a mené pas moins de cinq acquisitions pour un total de près de 2 milliards de dollars : SGI dans les supercalculateurs, SimpliVity dans la gestion des datacenters, Niara dans la surveillance au Machine Learning de la sécurité sur les réseaux, Cloud Cruiser dans le cloud hybride, et Nimble Storage dans le stockage électronique de données à mémoires flash.

Partenariat avec Microsoft dans le cloud public

« Nous nous donnons ainsi les moyens d’accélérer notre transition afin de compléter notre portefeuille technologique, mieux répondre aux besoins du marché et conforter notre avantage compétitif, estime Gilles Thiebaut. Il faut s’attendre à d’autres acquisitions ciblées dans les trois nouveaux cœurs de métier du groupe : la mobilité, l’Internet des objets et le cloud hybride. »

Alors que des concurrents comme IBM, Dell ou Huawei sont présents directement dans le cloud public, HPE a choisi de se recentrer sur les rôles de « plombier » et gestionnaire de cloud pour le compte de ses clients. « Notre conviction est que tout n’ira pas dans le cloud public, justifie Gilles Thiebaut. Certaines applications vont rester dans l'entreprise soit dans un cloud privé, soit dans un cloud managé par un prestataire. Notre mission est d’aider les entreprises à trouver le mix optimal. » Dans le cloud public, HPE a noué un partenariat avec Microsoft et accompagne également les clients dans leur migration chez Amazon Web Services.

Maintien des services de conseil et support

Si l’activité d’infogérance va rejoindre DXC Technology, amputant le groupe de ses trois datacenters en France, HPE ne sort pas complètement des services. Il conserve les services de conseil, de mise en œuvre et de support (maintenance et suivi opérationnel) pour accompagner les clients dans la transformation de leurs infrastructures informatiques. Cette activité représente 25 000 personnes, la moitié de l’effectif total, et 7,2 milliards de dollars de revenu, le tiers du chiffre d’affaires global.

En France, HPE a supprimé 100 postes en 2016 sur la base de départs volontaires et devrait compter environ 2000 personnes après la finalisation des cessions en cours. Les syndicats se félicitent du passage à l'offensive. "Nous aurons subi trois scissions successives, explique Jean-Paul Vouiller, délégué CFTC. Ce n'est pas simple à vivre. Nous sommes maintenant engagés dans une dynamique de croissance. En huit mois, le groupe a mené cinq acquisitions qui vont renforcer l'effectif en France d'environ 70 personnes. Avec l'annonce par la PDG Meg Whitman de la fin des scissions et la relance des acquisitions, nous espérons aborder un nouveau chapitre plus calme sur le plan social."

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus