Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Henri Proglio s'en va, Jean-Bernard Lévy arrive officiellement à la tête d’EDF

Ludovic Dupin , ,

Publié le

L’assemblée générale d’EDF, qui s’est tenue le 21 novembre, a validé la constitution du nouveau conseil d’administration qui nommera Jean-Bernard Lévy à la tête d’EDF à la place d’Henri Proglio. Le nouveau patron hérite d’une société en pleine forme mais doit assumer son rôle de leader de la filière française qui est à la peine.

Henri Proglio s'en va, Jean-Bernard Lévy arrive officiellement à la tête d’EDF © D.R.

C’est fait. L’assemblée Générale d’EDF du 21 novembre vient de valider la formation du nouveau conseil d’administration du groupe. Jean-Bernard Lévy, ex-PDG de Thalès, en fait partie. Il sera nommé, le 26 novembre, conformément à la demande de l’Etat, à la tête de l’électricien national en remplacement d’Henri Proglio en Conseil de Ministres.

Ce dernier, très longuement applaudi par l’assistance au terme de son intervention liminaire (avant d’être chahuté dans les questions-réponses), s’est déclaré très ému de présider sa dernière assemblée générale. "Dans cette période de France bashing", il a appellé les Français à être fiers de leur électricien national. Il n’a pas hésité non plus à vanter la place de l’énergie nucléaire dans le cadre de la transition énergétique, affirmant que l’atome est "un socle indispensable au développement des autres énergies".

Chef de fil de la filière

L’arrivée du nouveau patron à la tête de la plus puissante entreprise de France se fait dans une situation paradoxale. Le groupe est en pleine forme. L’ancien patron a assaini les comptes et a repris ses billes dans les marchés peu porteurs comme les Etats-Unis et l’Allemagne. La santé financière est au rendez-vous. Sur les neuf premiers mois de l’année, la société affiche déjà un chiffre d’affaires de 52,3 milliards d'euros. Un résultat net de plus de 4 milliards d’euros est attendu pour 2014. La  principale difficulté du nouveau patron sera de gérer le chantier de l’EPR de Flamanville (Manche), pour lequel l’électricien vient d'annoncer un nouveau retard d’un an avec une mise en service en 2017. Une mauvaise nouvelle qui pourrait entraîner un surcoût significatif.

En prenant la tête d’EDF, Jean-Bernard Lévy prend aussi la tête de la filière nucléaire française. Or cette dernière est en proie à une certaine tourmente. En particulier, c’est Areva qui affiche d’importantes difficultés financières au point de suspendre ses prévisions pour 2015 et 2016. Le gouvernement exige un rapprochement de l’électricien et de son fournisseur pour assurer la pérennité du parc français et le gain de marchés à l’export. Jean-Bernard Lévy devra donc travailler main dans la main avec Philippe Varin, ex-PDG de PSA et futur président d’Areva. Ce dernier n’a pas été choisi au hasard par Matignon puisqu’il est membre du conseil d’administration d’EDF. En outre, les deux hommes sortent de la même promotion (1973) de l'Ecole polytechnique.

Ludovic Dupin

 

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus