Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Gys muscle son pôle industriel mayennais

, , ,

Publié le

Gys , le spécialiste mayennais des postes à souder, des chargeurs de batterie et des équipements de carrosserie, a signé plusieurs accords d'envergure avec des constructeurs automobiles. Le Gysflash 100, son nouveau chargeur "intelligent", promet d'être un best-seller.

Gys muscle son pôle industriel mayennais © D.R.

Gys a lancé une nouvelle vague d'investissements à Saint-Berthevin (Mayenne), siège de ce fabricant de postes à souder, de chargeurs de batterie et d'équipements de carrosserie. Livrable à l'été 2017, le premier bâtiment de 3 000 m² est une extension du site de production d'où sortent chaque année 500 000 machines. Le second (2 500 m²) agrandira le pôle logistique. Sa construction sera lancée au premier trimestre 2017. Au total, l'entreprise a prévu d'investir près de 6 millions d'euros dans ce programme.

Ce plan d'investissement accompagne les succès commerciaux de l'entreprise, au plan mondial. Le chiffre d'affaires 2016 se situera entre 70 et 75 millions d'euros contre 63 millions d'euros en 2015. Et l'export dépassera les 50 %. Le groupe (550 salariés dont 365 en France) a établi un réseau de filiales à l'étranger. Après la Chine, il lancera en 2017 le projet d'une troisième usine dans le monde.

Ce dynamisme est lui-même lié à une nouvelle génération de produits sur lesquels le groupe dispose d'une longueur d'avance. Gys vient en particulier de signer un deuxième contrat avec Volkswagen. Le premier, en 2014, portait sur le soudage à points. Le second porte sur un chargeur de batterie "intelligent", le Gysflash 100, lequel s'adresse aux milliers de concessions de la marque, dans le monde entier. C'est là un champ beaucoup plus large que l'univers de la carrosserie où évolue historiquement l'entreprise.

D’importants volumes en vue

Le Gysflash 100 permet de stabiliser la tension du véhicule, de compenser les micro-variations de tension lors de la mise à jour des nombreux microprocesseurs d'un véhicule. Lors de cette opération, le constructeur récupère les data des véhicules. "Sur ce type d'appareils, nos concurrents n'ont pas encore notre capacité industrielle", explique Bruno Bouygues. Sur le Gysflash 100, Gys a également été retenu par Renault. En soudage, c'est par Ford que Gys a été homologé, là aussi au plan mondial. Ce qui ouvre la porte à d'importants volumes.

En termes d'innovation, les avancées de l'entreprise sont considérables. Pour Mercedes, Gys a mis au point une technologie de soudage Mig (à l'arc) adaptée aux nouveaux aciers légers et durs des futurs véhicules de la marque, lesquels dont l'objet de nouveaux traitement de surfaces. Par ailleurs, pour ces aciers durs, de type Usibor, mais aussi sur les assemblages acier-composite ou alu-composites, l'alternative au soudage est le rivetage. A cette fin, Gys a lancé Gyspress, un appareil de rivetage léger pour les réparateurs. Et pour les alliages de carbones, le groupe propose désormais des appareils à induction.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus