Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Gérard Mestrallet prudent sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires en France

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Par le passé, l’Etat n’a pas permis à GDF Suez de construire de nouveaux réacteurs nucléaires sur le sol français. Echaudé, le PDG du groupe souhaite prendre le temps de la réflexion si de nouvelles opportunités se présentent, comme le laissent présager les déclarations de Ségolène Royal.

Gérard Mestrallet prudent sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires en France © Pascal Guittet

Ce mardi 13 janvier, interrogé par des journalistes, le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, a réagi à la déclaration de Ségolène Royal dans un entretien accordée à l’Usine Nouvelle. Celle-ci appelle à programmer la construction de nouveaux réacteurs nucléaires en France : "Nous avions été candidat pour participer au renouveau du nucléaire en France par le passé. Nous avions même identifié deux sites en Vallée du Rhône pour bâtir un Atmea (réacteur nucléaire franco-japonais, ndlr). Mais les choses ont évolué, les pouvoirs publics ont changé de pied et sont même revenus sur le projet d’un deuxième EPR à Penly (Seine-Maritime). Pour l’heure, nous avons considéré qu’il n’y avait plus aucune perspective et nous y regarderons à deux fois avant de revenir". 

Le groupe a en effet été deux fois éconduit sur des projets nucléaires en France. D’une part, le gouvernement n’avait pas donné suite, en 2009, à la proposition du groupe de construire un réacteur de 1000 MW Atmea (conçu par Areva et Toshiba) sur un site d’Areva ou du CEA en Vallée du Rhône. D’autre part, la France avait prévu initialement la construction  d’un deuxième EPR à Penly en Seine-Maritime.

Si le statut d’opérateur avait un temps était envisagé comme partagé entre EDF et GDF Suez, ce second avait ensuite été relégué au simple rang d’investisseur  laissant les commandes à l’électricien national. Cette décision avait été motivée par le fait que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) jugeait plus sûr la présence d’un opérateur unique à la tête d’un réacteur, l’Etat avait tranché en faveur d’EDF. GDF Suez s’était finalement retiré du projet avant que ce dernier ne soit définitivement abandonné suite à l’accident de Fukushima.  

Ludovic Dupin

La stratégie renouvelable selon Isabelle Kocher

La déclaration de Gérard Mestrallet sur le nucléaire a été faite à l’occasion d’un sujet tout autre : la présentation de la stratégie du premier énergéticien mondial en matière d’énergies renouvelables. Le grand patron y a rappelé que la maîtrise de ses nouvelles énergies était clé aussi bien pour être partenaire de la transition énergétique en Europe que pour accompagner le développement des pays à forte croissance.Cet évènement était aussi l’occasion pour Isabelle Kocher de faire sa première sortie devant la presse dans son nouveau rôle de directrice générale déléguée, soit la numéro 2 de la société. C’est elle qui chiffre les ambitions du groupe : "Nous voulions accroître de 50% notre capacité d’énergie renouvelable entre 2009 et 2015. Nous y serons avec 21 GW environ. Aujourd’hui, la moitié de nos capacités en développement sont des projets d’énergies renouvelables". 

Mais surtout la dirigeante a insisté longuement sur la nécessité d’être à la pointe en matière de recherche et développement. Elle insiste sur deux sujets : le photovoltaïque organique qui pourrait être utilisé sous forme de vitres ou de peintures, et les batteries, sujet sur lequel "GDF Suez a sélectionné des start-ups et des partenaires académiques pour mener des programmes de recherche". Pour la grande patronne, ces développements techniques permettront d’accompagner au mieux "certaines régions du monde qui ne passeront pas par la phase des grandes centrales électriques, mais déploieront directement des microgrids". Le microgrid est un concept de réseau de taille réduite où quelques systèmes de production d’électricité renouvelable sont reliés directement à des habitations, le système étant consolidé par des outils de stockage d’énergie.

 

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus