Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

General Motors mise sur les big data

, , , ,

Publié le

en couverture Pour inventer la voiture de demain, le constructeur américain a mis en place une ambitieuse stratégie numérique. Avec des milliers d’embauches à la clé.

General Motors mise sur les big data
Le centre d’innovation du Michigan, où sont employées 1?500 personnes.
© D.R.

Une start-up à 150?milliards de dollars." Voilà ce que Randy Mott, le directeur des systèmes d’information de General Motors, veut faire du géant de Detroit. Depuis son arrivée début 2012, cet ancien de Walmart, Dell et HP, incarne la nouvelle orientation numérique de GM.

À l’origine de son recrutement : une panne d’ordinateur. En octobre?2011, un serveur de GM géré par HP plante pendant trois?jours. L’approvisionnement des usines est perturbé, certaines tournent au ralenti, d’autres sont menacées de fermeture. Pour Dan Akerson, le patron de General Motors, ce bug fait office de déclic. "Cela paraissait tellement évident qu’une?entreprise de notre notoriété, de notre taille, ait une?infrastructure informatique (IT) du XXIe?siècle. Mais ce n’était pas le cas", raconte-t-il au "Wall Street Journal".

Le PDG recrute alors Randy Mott. Six?mois plus tard, ce dernier dévoile la nouvelle stratégie IT du constructeur américain. Première priorité : rapatrier les activités informatiques du groupe, confiées depuis trois?décennies à des prestataires comme IBM ou HP. Alors que GM sous-traitait jusqu’ici 90% de ses activités IT, l’entreprise se fixe comme objectif d’inverser ce pourcentage dans un?délai de trois à cinq?ans. Pour cela, General Motors recrute à tour de bras. Depuis octobre dernier, le nombre d’employés de son département IT est passé de 1 500 à 5 900 et devrait atteindre 10 000?salariés en 2017.

Les étapes de la reconquête numérique

  • Internalisation de 90 % des activités IT.
  • 10 000 informaticiens en 2017, contre 1 500 en 2012.
  • Création de quatre centres d’innovation et deux datacenters.
  • Utilisation du big data, notamment pour optimiser le processus de production.
  • Mise en place d’une interface de développement en ligne pour créer de nouvelles applications.

Avec cette armée de développeurs, Randy Mott veut intégrer le numérique de la conception à la production, en passant par la vente. Trois?centres d’innovation ont ainsi été créés dans le Michigan, au Texas et en Géorgie ; un quatrième est en cours de construction en Arizona. "Avec ces centres, nous cherchons à créer et à fournir des services informatiques qui feront baisser le coût de nos opérations tout en augmentant le niveau d’innovation proposé à nos clients", explique Randy?Mott. Outre ces quatre?centres, quelques dizaines de chercheurs travaillent aussi dans des laboratoires en Israël, en Chine et dans la Silicon Valley.

Accélérer le partage d’informations

Parmi les priorités de General Motors : le développement de logiciels avancés de simulation de crash test et d’outils numériques d’aide à la conduite. Le constructeur veut également mondialiser sa plate-forme informatique. Aujourd’hui, les filiales de GM n’utilisent que 30 à 35% de logiciels communs. Une?part que l’entreprise veut porter à 80%, pour accélérer le partage d’informations. Une application iPad, destinée aux concessionnaires du monde entier, vient par exemple d’être développée.

Mais le projet le plus important de General Motors reste le big data. En cinq?mois, le constructeur a bâti un?gigantesque datacenter dans la banlieue de Detroit. Un?deuxième est en construction, pour un?coût total de 546?millions de dollars (424 millions d’euros). Le but étant de rendre accessibles rapidement et à toutes les équipes de GM des données jusqu’à présent difficiles à compiler, car stockées dans 23?structures différentes et gérées par des prestataires extérieurs.

« En menant ses activités informatiques en interne, General Motors va pouvoir garder pour elle ses innovations. Cela peut être un avantage vis-à-vis de ses concurrents", estime Michael?Robinet, le directeur général du cabinet IHS Automotive. Pour autant, pas question pour GM de se priver de tout apport extérieur. Depuis quelques mois, le groupe rend ainsi disponible en open source une?interface de développement (API) pour son système d’ "infotainment", un?programme qui mêle information et divertissement. Objectif : permettre à tous les programmeurs de créer de nouvelles applications. Et enrichir ainsi les modèles 2014 du constructeur, dont la majorité intégrera, pour la première fois, le haut débit mobile 4G aux États-Unis et au Canada.

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus