L'Usine de l'Energie

L’Energie, c’est aussi l’affaire de l’industrie. Pour comprendre les enjeux de la transition énergétique, suivre le développement des énergies renouvelables, décrypter les politiques environnementales et mesurer l’impact de ces changements sur la compétitivité des usines, L'Usine Nouvelle donne la parole aux industriels. Solaire, éolien, gaz de schiste, nucléaire, hydrogène, pétrole, charbon, biomasse, énergies offshores, isolation des bâtiments… toutes les énergies et les sujets seront traités par nos journalistes et notre réseau d’experts.
 

L'Usine de l'Energie

Gaz de schiste : la fracturation hydraulique ferait vraiment trembler la terre

Par  - Publié le
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Cuadrilla - Site d'exploration de gaz de schiste
© D.R.

Selon un rapport d’experts européens publié mercredi 2 novembre, des forages sur un gisement de gaz de schiste dans le nord de l’Angleterre pourraient être à l’origine de tremblements de terre de très faible intensité.

Les exemples commencent à se multiplier… Et les experts pointent unanimement du doigt la même cause des séismes  : la technique de la fracturation hydraulique.

"Il est hautement probable que les opérations de fracturation" menées par la société britannique Cuadrilla dans la région du Lancashire (nord-est de l’Angleterre) "ont provoqué les réactions sismiques constatées, en raison d'une combinaison de facteurs liés à la nature géologique du site et à la pression exercée par l'eau injectée" sous terre, estime ce rapport rédigé par une équipe d'experts européens.

Les 1er avril et 27 mai dernier, le Lancashire avait enregistré quelques secousses. Des organisations de défense de l’environnement avaient alors mis en cause les forages réalisés par Cuadrilla. Après consultation avec le ministère britannique de l'Energie, la compagnie avait commandé un rapport d’experts sur la question.

Mais le gouvernement britannique ne semble pas réellement convaincu par les rapports qu'il commande. En effet, la semaine dernière, la Chambre des communes a rejeté l'idée d'un moratoire sur la fracturation hydraulique.

Des secousses au Canada et aux Etats-Unis

Mais l’Angleterre n’est pas un exemple marginal. La Colombie-Britannique, province de la côte pacifique du Canada, a enregistré plus de 30 tremblements de terre depuis 2009. Or le secteur fait aussi l’objet de forages intensifs et de fracturations hydrauliques.

Aux Etats-Unis, près de 1200 petits séismes ont fait trembler les terres de l’Arkansas depuis début septembre. Et là encore, c’est la technique de la fracturation hydraulique qui fait trembler les habitant de la région… et s’interroger les experts.

Des angoisses qu’il faut tout de même nuancer. Dans le cas de l’Angleterre, les experts assurent que le pire scénario envisageable serait une secousse sismique de magnitude 3.

Imprimer

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Diaporama Energie

[DIAPORAMA] Tchernobyl, 30 ans après l'accident nucléaire

Le 26 avril prochain, les autorités ukrainiennes organiseront une grande cérémonie pour le trentième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl. L’occasion de se remémorer le dramatique événement mais aussi d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les besoins de financements pour reprendre le contrôle de ce monstre radioactif. Car peu a été fait depuis 30 ans. Kiev, pris entre la chute de l’URSS, l’indépendance du pays, ou aujourd’hui les tensions géopolitiques, a laissé la centrale et la zone d’exclusion de 30 kilomètres en jachère. Seuls trois îlots de modernité émergent : une arche géante en construction pour recouvrir le réacteur, un site de conditionnement des liquides radioactifs et une installation de stockage des combustibles usés. Trois chantiers pour plus de 2 milliards d’euros financés par une quarantaine de pays et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Tchernobyl, 30 ans après l'accident nucléaire

[DIAPORAMA] La construction du plus grand parc éolien en mer du Nord

Situé en mer du Nord à 85 km au large de Groningue (Pays-Bas), et donc invisible des côtes, le parc Gemini fournira en 2017 une capacité de production de 600 mégawatts. Cet emplacement offre les vitesses de vent les plus élevées et les plus constantes sur cette partie néerlandaise de la mer du Nord. Le site devrait être pleinement opérationnel d'ici 2017.  Mi-février, la première des 150 éoliennes du futur parc Gemini a été installée. 

Voir la galerie

[DIAPORAMA] La construction du plus grand parc éolien en mer du Nord

La première hydrolienne du parc hydrolien EDF de Paimpol-Bréhat prête à être mise à l'eau

Ces turbines formeront la première ferme, en France et dans le monde, d'hydroliennes raccordées au réseau national de distribution d'électrictié. Après une série de tests concluants menés en rade de Brest fin novembre, la première des deux hydroliennes DCNS/OpenHydro doit prendre la mer prochainement pour rejoindre son site d'exploitation. Elles équiperont le site expérimental d'EDF au large de Ploubazlanec (Côtes d'Armor).  

Voir la galerie

La première hydrolienne du parc hydrolien EDF de Paimpol-Bréhat prête à être mise à l'eau

Au coeur du caveau des radiations

L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs prépare, dans le laboratoire souterrain de Bure (Meuse), le stockage de déchets nucléaires à longue durée de vie. Un centre industriel pourrait ouvrir d'ici à 2025.

Voir la galerie

Au coeur du caveau des radiations
Voir tous les diaporamas "Energie" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous