Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Gattaz versus Macron : tensions autour de l'ISF

, , ,

Publié le

Pierre Gattaz, le dirigeant du Medef, a fait le procès de l'Impôt sur la fortune le 17 novembre : il accuse cet impôt de de détruire en France des emplois et la croissance. Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a tancé le patron des patrons, qu'il accuse de ne pas "accomplir sa part du pacte de responsabilité ". 

Gattaz versus Macron : tensions autour de l'ISF © L'Usine Nouvelle

Le 17 novembre, le patron de patrons Pierre Gattaz a demandé au gouvernement pendant la Conférence annuelle des entrepreneurs, organisée au ministère de l'Economie et des Finances, d'abandonner l'Impôt sur la fortune (ISF) : "Si on est le dernier pays d'Europe ou du monde à avoir l'ISF, il faut le supprimer", a-t-il affirmé, repris par l'AFP. Sous un concert d'applaudissement, le dirigeant du Medef a poursuivi : "Il y a un moment, il faut dire l'ISF c'est dramatique pour le pays, ça détruit de l'emploi, ça détruit de la croissance. Il faut le supprimer, point".

De la "provocation" pour Emmanuel Macron

Pour lui, de nombreuses entreprises industrielles hexagonales sont vendues à l'étranger ou disparaissent du paysage économique à cause de cet impôt, qui n'existe pas dans les pays concurrents de l'Hexagone. Repris par l'AFP, il a illustré "En 2014 je n'ai plus aucun concurrent patrimonial en France et j'ai toujours 40 concurrents patrimoniaux allemands qui vont très bien, qui se développent fantastiquement". Pierre Gattaz fait ici référence à sa société Radiall.

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, en visite à Londres, a condamné les propos de Pierre Gattaz, taxés de "provocations". L'ancien banquier d'affaire a critiqué le président du syndicat des patrons, qui faillit selon lui à "son rôle" de responsable supposé "accomplir sa part du pacte de responsabilité". "Il ne l'a pas fait aujourd'hui", a dit le ministre, repris par l'AFP. "Il y a un pacte de responsabilité et de solidarité" qui sera exécuté, a-t-il insisté. 

Lélia de Matharel

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus