Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Fukushima : une importante étape franchie en vue du démantèlement

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Après plus d’un an de travaux, Tepco est parvenu à vider la piscine endommagée du réacteur numéro 4 de la centrale de Fukushima détruite en mars 2011. Trois autres piscines sont encore à vider dans les réacteurs 1 à 3.

Fukushima : une importante étape franchie en vue du démantèlement © Recoquillé-Bression / IRSN

Le 21 décembre dernier, l’électricien japonais Tepco, en charge du site nucléaire accidenté de Fukushima, a annoncé que l’opération de retrait des éléments nucléaires de la piscine endommagée dans le réacteur numéro 4 était achevée. Il aura fallu plus d’un an pour retirer les 1533 assemblages d’uranium (1331 usés et 202 neufs). Les structures de plus de 4 mètres de long et de 300 kilogrammes chacune ont été transférées dans des conteneurs qui, une fois pleins, pesaient 91 tonnes. Ils ont été entreposés dans une nouvelle piscine construite sur le site de la centrale.

Encore trois piscines à vider

Avec cette réussite, les ingénieurs japonais viennent d’écarter un important danger qui planait sur le réacteur depuis trois ans. La piscine, situé à 18 mètres de hauteur, avait été considérablement endommagée par les explosions d’hydrogène survenues dans la centrale. Depuis, le Japon était dans la crainte qu’un nouveau tremblement de terre ne fasse s’effondrer la structure.

Cependant le travail est loin d’être terminé. Lors de l’accident, le réacteur numéro 4 était à l’arrêt, ce qui a facilité l’accès ultérieur au bâtiment. Mais les réacteurs 1 à 3 étaient, pour leur part, en fonctionnement et les cœurs ont au moins partiellement fondu. Cela rend l’environnement très dangereux en raison de la forte radioactivité ambiante. Toutes les piscines doivent être vidées pour 2020. Cela permettra d’entamer le démantèlement à partir de 2022.

Redémarrages imminents

Pendant ce temps, le gouvernement et les électriciens japonais continuent à pousser au redémarrage des 48 réacteurs  japonais actuellement à l’arrêt. Pour l’heure quatre réacteurs ont été certifiés conformes aux nouvelles exigences de sureté japonaise, à savoir Sendai 1 et 2, puis, mi-décembre, Takashama 3 et 4. L’autorisation définitive de redémarrage devrait être délivrée en 2015.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus