FSH Welding Group fait construire une nouvelle usine à Grandvillars

Par  - Publié le
Vieillard-Migeon et Compagnie (VMC) filiale de FSH Welding Group
Vieillard-Migeon et Compagnie (VMC) filiale de FSH Welding Group
© D.R

La filiale du groupe comtois Vieillard-Migeon et Compagnie (VMC), fabricant de produits de soudage et de brasage, muscle sa technologie et investit fortement en s’offrant une nouvelle unité à Grandvillars (Territoire-de-Belfort), l’un de ses trois sites de production.

FSH Welding Group, propriété du groupe comtois Vieillard-Migeon et Compagnie (VMC), qui détient entre autres VMC Pêche et Lisi, investit 5 millions d’euros dans l’équipement d’une nouvelle unité à Grandvillars (Territoire-de-Belfort). "Il s’agit de l’un de nos trois sites de production, où nous réalisons des baguettes de soudage. Très vétuste, il ne nous permettait plus une gestion cohérente des flux", indique Gérard Marchand, directeur général de l’entreprise depuis 2010.

Fin 2013, la communauté de communes du Sud Territoire, maître d’ouvrage de l’immobilier, livrera une usine flambant neuve de 8 000 mètres carrés de plain-pied. Le fabricant y aménagera ses process, se rééquipera en fours et malaxeurs et procédera à l’automatisation du conditionnement. Il modernisera aussi son laboratoire de tests et d’élaboration des nouveaux produits.

Le développement de FSH Welding Group (63 millions d’euros de chiffre d’affaires, 210 salariés) obéit également à d’autres productions spécifiques. Des ateliers de Roche-Lez-Beaupré (Doubs), siège social, sortent des produits de brasage. "Nous élaborons nos propres alliages, dont celui qui fait notre succès : le cuivre phosphore", précise Philippe Schmitt, le directeur industriel.

Sept filiales de vente à l’étranger

La dernière innovation porte sur la mise au point de petits anneaux de brasage très demandés par la filière automobile notamment pour les circuits des climatisations, en ce qu’ils sont non corrosifs et permettent un point de fusion parfaitement maîtrisé.

Le tableau ne serait pas complet sans évoquer la troisième implantation industrielle, sise à Aubagne (Bouches-du-Rhône) et dédiée aux fils de soudage pour des clients aussi exigeants qu’EADS, Eurocopter ou encore l’aérospatiale indienne. "Pour chacune de nos unités, nous allons accentuer la co-conception avec nos principaux donneurs d’ordres, ce qui nous conduira à renforcer nos centres de R&D en ingénieurs chimistes et minéralogistes", indique Gérard Marchand.

La dizaine d’autres recrutements prévus sur trois ans, intéressent plus la production, avec des offres de soudeurs expérimentés, de chefs de produits et d’ingénieurs soudeurs.

L’originalité de l’industriel tient, en dépit de sa taille modeste, à sa forte pénétration sur un marché mondial où interviennent de grands groupes internationaux. Pas moins de 50 % des productions sont commercialisées à l’étranger via sept filiales de ventes (50 salariés), dont trois en Europe (France, Italie et Grande-Bretagne), les quatre autres étant situées à Montréal, Buenos Aires, Casablanca et Bombay.

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous