Fruité Entreprises double de taille

Par  - Publié le | L'Usine Nouvelle n° 2942

L'entreprise savoyarde met la main sur Teisseire, le leader français du sirop. Une acquisition qui renforce ce petit empire du fruit.

Le dossier Teisseire est passé entre les mains de plusieurs fonds d'investissements. Le leader des sirops est finalement allé au plus offrant, Fruité Entreprises qui rachète pour 90 millions d'euros, 71,84 % du capital de Teisseire. Une fois obtenu le feu vert des autorités de la concurrence, Fruité doublera son chiffre d'affaires pour atteindre 280 millions d'euros.

Les deux patrons, Philippe Meunier (Fruité) et Eric Reynaud (Teisseire), se connaissent bien pour être partenaires industriels depuis 2001. Teisseire a alors cédé à Fruité son unité de jus de fruits, spécialisée dans le conditionnement en verre, Unisource à Béziers (Hérault). Cette société continue de fabriquer en sous-traitance les jus de Teisseire : la gamme Ethno Bar et Cactus. La société grenobloise a vendu pour 24 millions d'euros de jus de fruits en 2003. Et elle est devenue le troisième acteur du secteur en Hongrie, suite au rachat de Szobi. Il n'empêche. Son activité la plus importante reste le sirop (125 millions d'euros de chiffre d'affaires) fabriqué dans les usines de Crolles (Isère), de Peypin (Bouches-du-Rhône) pour les sirops bio Moulin de Valdonne, et à Szob, en Hongrie.

Un nouveau métier

Teisseire apporte donc un nouveau métier et une acquisition d'envergure à Philippe Meunier. Cet ex-Danone s'est d'ailleurs adossé à l'industriel saoudien de l'agroalimentaire Al Munajem, tout en souhaitant rester l'actionnaire principal. Pas question de laisser filer le contrôle d'un pôle agroalimentaire qu'il a constitué, depuis 1996, autour du fruit. A cette époque, il rachetait à Danone les jus de fruits Fruité et son site de la Roche-sur-Foron (Haute-Savoie). En 2000, il mettait la main sur Bricfruit dont le fromager Lactalis se séparait. Dans la corbeille, une usine de jus de fruits d'une capacité de 100 millions de litres, à La Jaunaie, près de Nantes et les marques Récré, Pressade et Sambo. Ce n'est pas tout. Trois ans plus tard, Fruité a investi le créneau du yaourt en reprenant Savoie Yaourt. Sa spécialité ? La maîtrise de la technologie du yaourt bicouches. Philippe Meunier entrevoit alors la tendance des produits mi lait, mi jus de fruits, prometteuse depuis le succès de Danao, le produit en briques de Danone, fabriqué par la Laiterie de Saint-Denis de l'Hôtel.

Désormais, que lui reste-t-il à convoiter ? Une usine de confiture. Ainsi, Philippe Meunier aura fini de constituer son empire du fruit comme d'autres le font autour du plat cuisiné : Monique Piffaut, par exemple, le P-DG de CCA (William Saurin, Garbit, Paul Prédault, etc.) ou encore Bruno Caron, le P-DG de Norac, entreprise bretonne qui investit le prêt à consommer (sandwich Daunat, crêpes Whaou, viennoiseries La Boulangère, etc.). Des PME qui pèsent face à la grande distribution.

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous