Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Francfort] Ces constructeurs chinois qui veulent vendre des voitures en Europe

Julie Thoin-Bousquié ,

Publié le

Chery, Borgward, Wey… Peu nombreux, les constructeurs chinois présents à Francfort témoignent de l’intérêt porté au marché européen. Mais les incursions restent encore prudentes.

[Francfort] Ces constructeurs chinois qui veulent vendre des voitures en Europe
Chery a présenté à Francfort son SUV pour le marché européen.
© Chery

Ils ont établi leurs quartiers non loin de grands noms de l’automobile comme le désormais franco-allemand Opel, ou les constructeurs japonais Honda et Suzuki. Au salon automobile de Francfort (Allemagne), une poignée de fabricants chinois ont fait le déplacement pour présenter leurs modèles à d’éventuels futurs clients européens. Mais si l’ampleur de leurs stands semble témoigner des grandes ambitions qu’ils nourrissent concernant le marché européen, leur feuille de route pour s’installer dans le Vieux continent apparaît, dans les faits, plus timide.

Dans plusieurs communiqués précédant l’ouverture de cette 67e édition du salon, le petit constructeur Chery avait ainsi annoncé son intention de s’installer sur le marché européen en lançant un SUV. Au beau milieu du stand, deux concepts rouge et gris de l’Exeed Tx, qui préfigurent le fameux SUV, visent effectivement à permettre de se faire une idée des prestations premium que compte proposer Chery en Europe, mais aussi à l’échelle mondiale.

Le représentant d’une agence en charge de la communication du groupe met en avant "les nombreux services de connectivité" à bord du véhicule, - issus de la collaboration avec le géant d’internet Baidu, précise-t-il -, ainsi que son adéquation à la demande européenne en pleine évolution, puisque le SUV embarquera trois motorisations différentes : hybride, hybride rechargeable et électrique.

"Chery a acquis une solide expérience sur son marché d’origine, mais aussi en Russie ou en Australie, où il vend déjà des véhicules", ajoute le représentant de l’agence. Dans ses communiqués, Chery indique avoir écoulé près de 700 000 unités en 2016, soit une croissance de 28% par rapport à l’année précédente. Parmi ces véhicules, 100 000 ont été exportées. Des résultats que le Chinois veut dupliquer sur le marché européen. Pour autant, aucune date claire ne fixe le début de la commercialisation du SUV. "Les responsables de Chery restent encore vagues à ce sujet", admet le chargé de communication. "Ils parlent des années à venir. On peut imaginer peut-être un lancement aux alentours de 2020".

"Pas à pas"

Dans un autre hall, Borgward se montre plus disert sur sa feuille de route européenne. Fondée à Brême en 1933, disparue en 1961, cette marque allemande de luxe a été rachetée en 2014 par le groupe chinois Beiqi Foton Motors auprès du petit-fils du fondateur. Après avoir ouvert une première usine en Chine, d’où proviennent l’ensemble des véhicules présentés au salon de Francfort, le groupe a annoncé vouloir revenir sur sa terre de naissance en lançant un site d’assemblage à Brême. "Quand tout le monde se dirige vers l’est, nous attaquons les pays de l’ouest", s’amuse le représentant presse de Borgward.

"Consolidé sur le marché chinois", le groupe sino-germanique a annoncé vouloir lancer dès 2017 son SUV phare, le BX7, avant de "s’étendre dans d’autres pays germaniques comme l’Autriche et la Suisse", précise le porte-parole. Pour le reste de l’Europe, la pénétration dans les marchés se fera "pas à pas". De quoi permettre de créer un réseau et des services à la hauteur des prestations haut de gamme de la marque, justifie-t-on.

Chez Wey enfin, où les SUV sont là encore légions, une pancarte indique que les véhicules en démonstration ne "sont pas destinés à la vente en Europe". Sans doute trop tôt pour la marque du constructeur Great Wall, qui se fait tout de même au passage une belle publicité sur son marché d’origine, la Chine, en exposant au pays de l’automobile et du premium. Le groupe compte peut-être plutôt sur une acquisition pour s’établir sur le marché européen. En août, Great Wall avait en effet déclaré avoir des vues sur Fiat-Chrysler, sans avoir déposé aucune offre.  

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus